Centrafrique: au nom du diamant, la cohésion sociale se renforce à Gadzi avec le retour des déplacés

0
10970
les habitants de Gadzi et Boganagone@Eric Ngaba
les habitants de Gadzi et les habitants de Gadzi et Boganagone@Eric Ngaba
les habitants de Gadzi et Boganagone@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 12 octobre 2017 (www.ndjonisango.net): La sous-préfecture de Gazdi, située au sud-ouest de la République Centrafricaine, renoue avec sa manière de vivre ensemble après le conflit militaro-politique ayant conduit aux violences inter-communautaires dans la localité. Les personnes déplacées de la communauté musulmane de la sous-préfecture ont regagné leur localité où elles vivaient en parfaite cohésion avec les autres communautés. Pour illustration, la prière quotidienne a repris à la mosquée de Gadzi et les commerçants reprennent leurs activités notamment du diamant dans la localité.

Certaines régions de la République Centrafricaine renouent à la paix et à la cohésion sociale pour le relèvement du pays. C’est l’exemple de la sous-préfecture de Gadzi et de Boganagone au sud-ouest du pays qui se remettent au fur et à mesure avec le renforcement de la cohésion sociale entre les différentes communautés.

Les musulmans de la région ont repris la prière dans la mosquée de la ville et reprennent les activités de diamant, principales activités des habitants de la région.

«Il y a bel et bien la cohésion sociale dans notre sous-préfecture à Gadzi. Nos frères et sœurs musulmans sont là. Les réfugiés et les déplacés sont revenus et ont repris leurs activités. Nous avons même ouvert la mosquée qui permit la prière quotidienne dans la ville. Il y a la paix entre les communautés », a expliqué Serge Bapé Trixy, Maire de la commune de Gadzi.

Les femmes musulmanes de Gadzi@Eric Ngaba
Les femmes musulmanes de Gadzi@Eric Ngaba

Ils étaient des milliers des musulmans à fuir les violences dans la sous-préfecture de Gadzi qui compte environ 70.000 habitants. Aspirant à la paix et à la cohésion sociale, les retournés de Gadzi ne désirent que reprendre normalement leurs activités commerciales.

«Nous sommes retournés à Gadzi notre localité après la crise. Maintenant nous nous sentons comme chez nous sans être inquiétésNous sommes en paix avec nos frères non musulmans. Car nous menons ensemble nos activités. C’est pourquoi, nous lancons un appel à ceux qui sont encore à l’extérieur de revenir car nous devons contribuer au relèvement de notre localité », a témoigné Abdou Karim Gadzi, un retourné de la sous-préfecture de Gadzi.

L’implantation de la société chinoise de l’exploitation de diamants dans la sous-préfecture de Gadzi a suscité l’espoir de tous. Les populations de la localité qui ne vivent que des activités de diamants, souhaitent le retour des bureaux d’achat et des collecteurs pour pouvoir financer les activités.

L’auteur de l’article :

Eric NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance dans plusieurs agences de presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments