RCA: 60 mois d’arriérés de salaire, le personnel de la Socatel entre en grève

0
1725

Par Ulrich MAMELENYA

occupation de l'avenue des martyrs par les grévistes de la SOCATEL à Bangui@photo Cyrille Yapendé
occupation de l’avenue des martyrs par les grévistes de la SOCATEL à Bangui@photo Cyrille Yapendé

Bangui 30 décembre 2019—(Ndjoni Sango) : Plusieurs agents et fonctionnaires de la Société Centrafricaine de la Télécommunication (SOCATEL) ont une fois de plus sorti très tôt ce lundi 30 décembre, pour révendiquer du gouvernement les 60 mois d’arriérés de salaires de plusieurs années accumulées. Ils ont barricadé la route des Martyrs juste à la devanture de leur société, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre.

Pour exprimer leur ras-le-bol vis-à-vis des autorités compétentes, le personnel de la Socatel a décidé d’amorcer le début de cette semaine avec la grève pour revendiquer leurs 60 mois d’arriéré de salaire impayé. Mais hélas, ces derniers n’arrivent pas à exposer suffisamment leur colère avec en face des gendarmes qui leur imposent les muscles.

Sur les murs de la clôture de l’immeuble de la Socatel qui sont entourés par les feuilles de palme, on peut lire, « 60 mois d’arriérés de salaire, 60 mois de souffrances et 61 ans de l’indépendance », tels sont les termes utilisés par les grévistes qui n’ont pas résisté devant les forces de sécurité de la gendarmerie.

Jospin Blaise Konze, Secrétaire à l’organisation dans le syndicat de synatel, un Syndicat Autonome de la Télécommunication ne cache pas son indignation.

« la SOCATEL n’est pas indépendante, on souffre énormément au sein de cette société. Vous savez depuis 60 mois, une personne travaille sans salaire mais cette personne va vivre comment avec sa famille et ses enfants. En plus nous sommes abandonnés par nos autorités qui ne se soucient pas de nous », a-t-il déploré.

Les grévistes souhaitent que l’Etat leur verse 6 mois sur les 60 mois d’arriérés.

« On demande sur les 60 mois d’arriérés, l’Etat doit nous verser 6 mois qui certes, atténuent un peu nos souffrances, parce que l’Etat est le patron de cette maison. Avant d’entrer en grève, nous avons déposé un préavis de grève de huit jours mais personne ne nous a répondu donc voilà nous avons décidé unanimement d’entrer en grève pour exprimer nos souffrances devant tout le monde », a taclé Jospin Blaise Konze.

Un moment de revendication du personnel de la SOCATEL qui a fallu tourner à un drame provoqué par les éléments de la gendarmerie dont l’un a poignardé un gréviste dans la main suite un échange verbal.

En plus de cet incident, un véhicule de la gendarmerie qui est aussi arrivé en renfort avec plus d’une dizaine d’éléments avec la consigne de dégager les grévistes par la force a cassé le pied d’un de personnel qui avec ses amis grévistes ont essayé d’empêcher le véhicule qui voulait traverser la barrière par la force.

Affaiblis par la puissance de force des gendarmes qui tirent les gaz lacrymogènes sur eux, ces derniers sont obligés de fuir pour se réfugier à l’intérieur de la Socatel  et d’autres ont pu s’évaporer parmi les badauds qui suivent la scène qui ressemble à un film digne d’Hollywood.

A titre de rappel, sur les deux mois précédents, le personnel de la Société Centrafricaine de la Télécommunication a fait trois grèves qui sont restées comme un non événement aux yeux des autorités du pays. Affaire à suivre…  

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments