RCA: le député suppléant de Dologuélé quitte le navire du parti URCA

0
1756
Anicet Georges Dologuelé, président de l'URCA et chef de file de l'opposition@ photo Erick Ngaba
Anicet Georges Dologuelé, président de l'URCA et chef de file de l'opposition@ photo Erick Ngaba

Par Ulrich MAMELENYA

Anicet Georges Dologuelé, président de l'URCA et chef de file de l'opposition@ photo Erick Ngaba
Anicet Georges Dologuelé, président de l’URCA et chef de file de l’opposition@ photo Erick Ngaba

Bangui 6 janvier 2020—(Ndjoni Sango) : A 12 mois des élections couplées, le parti politique l’Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA) continue d’enregistrer des démissions en cascade de ses cadres. C’est le tour de Jonas Gayi, député suppléant du député Bocaranga1 Anicet Georges Dologuélé, Président du parti  de l’opposition URCA, de jeter l’éponge le 27 décembre 2019.

Pendant que certains partis politiques s’activent pour les prochaines échéances électorales qui se pointent déjà à l’horizon, le parti URCA,  principal parti de l’opposition en sa tête le député de la circonscription1 de Bocaranga, Anicet Georges Dologuélé traverse une zone de turbulence ces derniers temps avec les démissions en cascade des ses cadres et certains militants.

Le récent cas de démission est celui du député suppléant du président fondateur de l’URCA, qui a évoqué dans sa lettre de démission trois raisons qui l’a amené à quitter ses frères rénovateurs.Il a rendu officiel sa démission dans le parti URCA et en même temps de son fonction de député suppléant, dans une lettre adressée aux responsables de l’URCA, en date du 27 décembre dernier.

« Je démissionne du parti et mon fonction de député suppléant pour des raisons suivantes, manque de bonne gouvernance ; opposition stérile et l’alliance contre nature avec le président fondateur du parti Kwa Na Kwa », a évoqué Jonas Gayi, député suppléant de Dologuélé.

Une démission qualifiée d’un non-évènement par les caciques de l’URCA qui pensent que ce départ est un soulagement pour eux.

« Cette démission n’est aucun cas un coup dur pour l’URCA. Je vais même plus loin en vous disant que cette démission est un soulagement que les démissionnaires d’hier et aujourd’hui sont la mauvaise graisse. Nous allons à une compétition, on se prépare. Et lorsqu’on se prépare, on perd de la mauvaise graisse qui n’a rien à faire dans notre corps alors l’URCA qui se prépare à aller aux élections perd de la mauvaise graisse qui n’a pas sa place au sein de l’URCA », a taclé Christian Gazam Betty, Conseiller en Stratégie de communication du Président de l’URCA.

Même si les proches de l’ancien premier ministre et président du parti URCA que Ndjoni Sango a contacté, ont la conscience tranquille et croient toujours à leur parti, mais hélas, certains militants dudit parti quant-eux souhaitent avoir des explications claires sur les démissions qui se multiplient au sein de leur formation politique à quelques mois des élections prévues au décembre 2020.

Cette démission qui risque de fragiliser la position d’Anicet Georges Dologuélé dans la circonscription de Bocaranga1 intervient après celle de plusieurs de ses cadres et militants en 2019 dont l’ancien Secrétaire général de l’URCA, Ahamadou Abi Mandjo et l’ancien 3ème Vice-président en Charge des structures de base, Mansour A. Nimaga.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments