RCA: le FPRC demande la démission du premier ministre Ngrébada

0
1616
Firmin-Ngrébada-premier-ministre-centrafricain
Firmin Ngrébada, premier ministre centrafricain entouré des membres de son gouvernement lors des pourprlers de paix à Khartoum en janvier2019@photo Erick Ngaba

Par Cyrille YAPENDE

Firmin Ngrébada, premier ministre centrafricain entouré des membres de son gouvernement lors des pourprlers de paix à Khartoum en janvier2019@photo Erick Ngaba
Firmin Ngrébada, premier ministre centrafricain entouré des membres de son gouvernement lors des pourprlers de paix à Khartoum en janvier2019@photo Erick Ngaba

Bangui 22 janvier 2020—(Ndjoni Sango) : Adam Noureddine, 1er Vice-président du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) exige le départ du Premier ministre, Firmin Ngrébada, pour son incapacité , selon lui, à mettre en œuvre l’accord politique pour la paix et la réconciliation (APPR-RCA) dont il est lui-même issu. Une information rapportée à Ndjoni Sango à travers un communiqué de presse signé le 20 janvier, par le leader du mouvement.

C’est dans un communiqué rendu public le 20 janvier, que le 1er Vice-Président du FPRC, Noureidine Adam a vomi ses colères sur le gouvernement et la Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilité en Centrafrique (MINUSCA) par rapport  la situation sécuritaire qui prévoit dans la ville de Birao dans la Vakaga à l’extrême nord-est de la République Centrafricaine.

 Le 1er Vice-Président du FPRC s’est basé sur la situation sécuritaire à Birao caractérisée par les affrontements dans ladite ville.

« depuis le 17 janvier 2020, les combattants du MLCJ attaquent des populations civiles du village Kamoun (PK 5 de Birao, sur axe Boromata) ; des quartiers Tambay 1, 2 et 3, Djamal 1 et 4 et tango 1 et 2 ; du site des déplacés internes « MINUSCA » et endommagé, pour la énième fois les infrastructures de base servant à faciliter l’accès à l’eau aux populations déplacés qui ont fui les exactions du MLCJ en septembre 2019, un acte d’obstruction et d’atteinte à l’aide et aux actions humanitaires », a déploré Adam Noureidine.

Depuis la fin de l’année 2019, les violences armées ont été éclatées entre le Mouvement des Libérateurs Centrafricains pour la Justice (MLCJ) et le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), sur un toupet de tension ethnique entre les Kara et Rounga.

« Eu égard de ce qui précède, le 1er Vice-Président du FPRC, le Général Noureidine Adam, porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que les troubles et tensions à Birao sont alimentées et entretenues par trois ministres du gouvernement. Ce qui explique la passivité et l’inaction du gouvernement envers les souffrances des populations de Birao et la sourde oreille quant à nos incessants appels, communiqués et propositions quant au rétablissement de la sécurité dans la préfecture de la Vakaga », a-t-il mentionné dans son communiqué.

Le FPRC déclare caduque et désuet, le dispositif  des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité tel que prévu dans l’APPR-RCA, en articles 16 et 17 ; et  dénonce aussi  le silence complice qui entoure les attaques incessantes et répétées des populations de Birao menacées par une « épuration ethnique ».

Dans ce même communiqué ils dénoncent  l’irresponsabilité du gouvernement, le recrutement des Forces de Sécurité et de Défense (FACA + FSI) sans qu’il y ait l’intégration et la réintégration des leaders et des éléments des groupes armés et l’harmonisation des grades.

Pour eux, Cette manœuvre dénote l’ixième preuve de la tricherie et mauvaise foi du gouvernement dans la mise en œuvre de l’APPR-RCA.

Sans passer par quatre chemins, ils ont épinglé la Minusca dans ce communiqué signé par Noureidine Adam.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments