RCA: le GTSC appelle le gouvernement à plus de mesures pour prévenir la propagation du COVID-19

0
486
le coordonateur de GTSC, Gervais Lakosso et le porteparole Crescent Beninga@photo Marly Pala

Par Cyrille YAPENDE

Paul Crescent Béninga, porte-parole du Groupe de Travail de la Société Civile@photo Erick Ngaba

Bangui 24 mars 2020–(Ndjoni Sango): Le Groupe de Travail de la Société Civile sur la crise en Centrafrique (GTSC), a appelé le gouvernement à la fermeture des établissements scolaires et universitaires ainsi que les lieux de culte pour freiner la propagation du coronavirus dans le pays. Cet appel solennel a été lancé ce lundi 23 mars, par le porte-parole de GTSC, Paul Crescent Beninga.
Malgré que le Président de la République, Faustin Archange Touadera, dans sa précédente déclaration à la nation en date du 19 mars 2020, ait pris une décision de fermer les débits de boisson et d’interdire le regroupement de plusieurs personnes dans le but d’arrêter la propagation du COVID-19 qui secoue actuellement le monde.
Ces mesures édictées par le gouvernement pour contrer cette pandémie ne sont pas suffisantes selon le GTSC qui exige la fermeture des établissements scolaires, universitaires, les lieux de culte et des frontières aériennes:

« Aujourd’hui, on ne peut pas interdire le regroupement de plus de cinquante personnes et laisser les établissements scolaires, universitaires et les lieux de culte ouverts », a déclaré Paul Crescent Beninga, porte-parole du GTSC.
« Nous ne comprendrons pas pourquoi l’Aéroport International Bangui M’poko qui continue d’accueillir des avions venant des foyers de la maladie à coronavirus. Il ne serait pas souhaitable pour le gouvernement d’autoriser l’atterrissage des avions gros porteurs qui peuvent desservir le pays de marchandises et interdire les vols internationaux », a-t-il ajouté.

Cette prise de position de la société civile intervient au moment où la République Centrafrique est passée d’un cas de coronavirus à cinq cas, selon le ministère de la Santé Publique et de la Population qui, dans son dernier communiqué de presse du 24 mars 2020, a annoncé le quatrième cas importé de COVID-19. Il s’agit d’un sujet centrafricain âgé de 54 ans, arrivé par le vol Air France du 20 mars dernier, ayant séjourné en France.
Même son de cloche chez le Conseil National de l’Ordre des Médecins, Chirurgiens-dentistes et Pharmaciens de Centrafrique, qui dans un communiqué, encourage les autorités politiques à prendre des mesures « radicales » et courageuses visant à casser la chaîne de transmission du virus, et à protéger la population de cette dangereuse pandémie.

Le Conseil National de l’Ordre n’en est pas resté là et recommande la « fermeture temporaire des établissements scolaire et universitaire ; la suspension temporaire des cultes religieux ; la suspension temporaire des vols en provenance des pays touchés par l’épidémie à l’exception des vols humanitaires et des cargos et le renforcement des campagnes de sensibilisation dans les communautés (affiches, spots radio, relais communautaires)… », ont-ils recommandé dans ce communiqué signé par leur Président, Pr Boniface Koffi.

Sans attendre le gouvernement, certains établissements scolaires privés ont suspendus provisoirement les cours pour un délai de 14 jours.
Dans le même ordre d’idée, le Chef de l’Etat a présidé ce mardi 24 mars, au palais de la Renaissance, une concertation avec les leaders des confessions religieuses de Centrafrique en vue de trouver un consensus sur la fermeture temporaire des lieux de culte.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments