Que mijotent encore Bozizé et Meckassoua chez Sassou à Brazzaville ?

0
674
Centrafrique-Bozizé-Meckassoua-Ndjoni-Sango
Visite de l'ex-président centrafricain François Bozizé et celui du parlement Karim Meckassoua à Brazzaville en caricature @ Jimmy Nzéko

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 30 juin 2020— (Ndjoni Sango) : L’on ne comprend plus rien finalement chez les hommes politiques centrafricains qui, au lieu de s’asseoir pour s’accorder sur un point et de régler les différences en famille, partent ailleurs pour des raisons inavouées. On a appris que le tandem Bozizé et Meckassoua se sont envolés en catimini à Brazzaville chez leur mentor, Denis Sassou Nguesso dont on ignore le but visé de ce déplacement en pleine période électorale, et de covid-19 en RCA.

Le déplacement de l’ancien président centrafricain, François Bozizé, et celui de l’Assemblée nationale, Abdou Karim Meckassoua, au Congo-Brazza-ville, a alimenté le débat politique en Centrafrique. Ces deux hommes d’Etat sont allés voir le président congolais, Denis Sassou Nguesso.

Que peut-on retenir de cette visite chez le dictateur de la République du Congo ? Pour l’instant, seul les visiteurs peuvent s’expliquer eux-mêmes sur ce qu’ils ont eu à mijoté. Mais l’on ne peut s’empêcher d’analyser les liens qui lient les visiteurs, c’est-à-dire ces deux hommes politiques centrafricains, avec le président congolais.

Il faut retenir que Dénis Sassou Nguesso est le principal mentor de Karim Meckassoua. Il est celui-là qui finance les activités de l’ex président du parlement centrafricain. Et l’on ne peut perdre de vue que la classe politique centrafricaine est à un pas des élections groupées.

Il est indispensable pour les hommes politiques de courir de gauche à droite, en cette période de vache maigre, afin de chercher des sponsors pour les campagnes électorales. Car la maladie à corona a fait fermer tous les robinets de financement et que les bailleurs se recroquevillent.

Il faut aussi noter qu’avec le pouvoir de Bangui, les leaders de l’opposition ne veulent rien entendre. Tout ce que le président Faustin Archange Touadera réalise est vu de mauvais œil par l’opposition.

Par ailleurs, le retour en catimini de l’ancien président Français Bozizé au pays, a été l’œuvre de Karim Meckassoua. Sous la parapluie des pions de la France en Afrique centrale, l’ancien président centrafricain a pu quitter l’Angola pour atteindre Bangui officieusement. Depuis son retour d’exige, le courant ne passe pas bien entre l’ancien président et l’actuel en pouvoir.

Entre temps, l’opposition politique qui semble ne pas être prête pour aller aux élections, insiste sur une transition politique. C’est pourquoi, il faut aussi des lobbies auprès des dinosaures de la sous-région pour réussir ce projet.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments