Embargo sur les armes en RCA: une dérogation pour les lance-roquettes

0
519
Centrafrique-embargo-Ndjoni-Sango
Lance-roquettes

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 4 Août 2020—(Ndjoni Sango) : Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a décidé  prolonger par l’unanimité d’un an, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine, tout en créant une nouvelle dérogation pour les lance-roquettes. La décision du renouvellement de l’embargo a été rendue publique le mardi 28 juillet 2020.

Comme nous l’avons annoncé dans notre parution n° 075 du 20 juillet 2020 : « L’ombre du prolongement de l’embargo sur les armes plane sur la RCA », suite au dernier rapport annuel du groupe des experts de l’ONU intitulé « afflux de combattants étrangers ».

C’est déjà fait, l’adoption de la résolution 2536 (2020) s’est faite à main levée dans la salle du Conseil économique et social (ECOSOC), plus grande que celle du Conseil de sécurité, pour respecter la distanciation physique imposée par la pandémie de la COVID-19.

Lors de cette réunion, le Conseil de sécurité décide que, jusqu’au 31 juillet 2021, tous les Etats membres devront continuer à prendre les mesures nécessaires pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects d’armement à la République centrafricaine, à partir de leur territoire ou à travers leur territoire ou par leurs ressortissants, ou au moyen de navires battant leur pavillon ou d’aéronefs immatriculés chez eux.

Dans les neuf dérogations, le Conseil de sécurité parle pour la première fois de livraisons de lance –roquettes et de munitions spécialement conçues pour ces armes.

« Ce nouvel assouplissement de l’embargo sur les armes vise à répondre aux besoins spécifiques des forces de sécurité centrafricaine », a expliqué la France, porte-parole de la résolution qui a ensuite indiqué que les quinze(15) ont déjà procédé à trois assouplissements depuis le début de l’embargo.

Cependant, la dérogation pour les lance-roquettes inquiète les 4 pays membres permanents du Conseil de la sécurité de l’ONU, notamment, l’Estonie, la Belgique et l’Allemagne, les Etats-Unis ont dû craindre que sans une bonne gestion des stocks d’armes et de munitions, ce nouvel assouplissement risque de favoriser la prolifération des lance-roquettes et donc leur contrebande.

Même son de cloche chez le Royaume-Uni qui a dit partager ces craintes alors que la République centrafricaine a rempli les critères fixés par le Conseil pour éviter que les armes ne tombent dans les mauvaises mains (groupes armés).

Quant à la Fédération de Russie, elle n’a pas dit autre chose, voyant dans la réalisation de ces critères, une chance pour la République centrafricaine d’obtenir « d’ici un an », ce qu’elle réclame : la levée des sanctions.

Si l’embargo sur les armes a joué un rôle positif au début du déclenchement du conflit en 2013, « il sape à présent les capacités des forces de sécurité centrafricaines alors que pendant ce temps-là, les fauteurs de trouble continuent de s’armer grâce à la contrebande », a taclé la Fédération de la Russie.

De son côté, le Niger a fait valoir que les sanctions sont là pour appuyer les progrès vers la paix et la concrétisation des aspirations des autorités nationales. Le souci de ces aspirations a été mis en avant par la Chine.

Dans la résolution qu’il a adopté le mardi dernier, le Conseil a dûment prorogé jusqu’au 31 août 2021 le mandat du groupe d’experts chargé de suivre le respect des sanctions.

2 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments