RCA: ultimatum de la synergie des forces vives de la nation au président Touadera sur la concertation politique

0
319
Centrafrique-opposition-Ndjoni-Sango
Les leaders de l'oppostion et de la société civile en conférence de presse @photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 4 Août 2020—(Ndjoni Sango) : La synergie des forces vives de la nation, lors d’une conférence de presse tenue à Bangui le lundi 3 août, lance un ultimatum de trois (3) jours au Président de la République, si la concertation avec toutes les couches sociales du pays n’est pas convoquée avant la tenue des élections. Dans le cas contraire, « Nous engagerons des actes de désobéissance civique jusqu’à la convocation de ladite concertation ».

Les appels de la tenue d’une concertation avec les forces vives de la nation avant la tenue des prochaines élections couplées continuent de s’accentuer dans le pays.

La synergie des forces vives de la nation composée des partis, associations et personnalités indépendantes politiques, organisations de la société civile et organisations syndicale à leur tour, invite le Chef de l’Etat à convoquer, sans délai, une concertation nationale à Bangui.

Suite au silence de l’homme de 30 mars 2016, après la proposition émise en date 7 juillet 2020 sur la question de concertation. Sur l’initiative du groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine (GTSC), la synergie compte monter à la vitesse supérieure.

« Nous lançons ici et maintenant un dernier appel patriotique au Chef de l’Etat pour convoquer la concertation des forces vives de la nation immédiatement, afin de sortir le pays de cette impasse politique qui n’a que trop duré. Ainsi, dans un délai de trois (3) jours, si la concertation n’est pas convoquée, nous engagerons des actes de désobéissance civique jusqu’à la tenue de ladite concertation », a déclaré Gervais LAKOSSO, Coordonnateur de l’initiative.

En réponse à des voix qui soulèvent pour pointer du doigt les partis politiques de l’opposition d’émettre l’idée d’une transition lors cette concertation, Me Nicolas TIANGAYE répond « faux » avant de balayer d’un revers de main cette allégation.

« Les partis politiques n’ont jamais parlé de transition ni dire qu’il ne faut pas aller aux élections et que nous souhaiterions qu’une transition. Nous avons même entendu des gens dire pas seulement du côté de pouvoir que les opposants n’ont pas d’argent qu’ils cherchent une santé financière à travers la transition avant d’aller aux élections »,  a  rappelé le Président du parti CRPS qui ne s’est pas limité là mais indique que leur « position a été très claire » et c’est au gouvernement de tout mettre en œuvre pour qu’on puisse aller aux élections dans le délai constitutionnel.

Cette proposition émise par la synergie des forces vives de la nation intervient après celles de la Cour Constitutionnelle qui a suggéré à l’exécutif d’organiser une concertation des forces vives de la nation afin de parvenir à un consensus politique en cas de force majeur sur la tenue des élections.

Ce qui permettra selon la Cour, d’optimiser les conditions de la tenue des élections couplées dans le délai prevu le 27 décembre 2020.  Par ailleurs, Conférence Épiscopale  Centrafricaine a aussi insisté sur la même proposition dans leur message aux chrétiens et aux personnes de foi du 26 juillet 2020.

3 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments