Depuis 60 ans, qu’avons-nous fait de ces ressources naturelles pour développer la RCA?

0
419
Centrafrique-indépendance-Ndjoni-Sango
Un citoyen centrafricain qui se demande si à quoi servent les richesses naturelles de la RCA @Jimmy Bonguela

Par Erick NGABA

Bangui 20 août 2020—(Ndjoni Sango) : La  République centrafricaine ne manque pratiquement rien pour son développement. Le pays a presque tout ce qu’il faut pour être compté parmi les pays développés. 60 ans après l’indépendance le 13 août 1960, le pays est encore à la traîne et se classe parmi les trois derniers pays les plus pauvres au monde alors qu’il regorge d’énormes ressources naturelles qui lui devraient être profitables.

La République centrafricaine a accédé à son indépendance le 13 Août 1960. 60 ans après cette indépendance, il y a lieu de se poser la question  pourquoi le pays est aujourd’hui compté parmi les plus pauvres alors qu’il s’assoit sur des richesses naturelles comme le diamant, l’or, fer, l’uranium, le pétrole, le coton, le café, pour ne citer que ceux-là.

L’on se demande s’il se pose un problème de la mise en valeur et de la gouvernance de ses innombrables richesses très convoitées par des puissances occidentales.

Est-ce que le problème de l’instabilité politique et sécuritaire que connaît la République centrafricaine depuis avant et après 1960 qui l’empêche de s’envoler? Ou bien, ce sont des puissances occidentales ne cessant de convoiter ses richesses naturelles qui l’empêchent d’avoir la stabilité afin d’exploiter convenablement ses ressources  pour son développement? L’on se demande encore si ce sont bien les Centrafricains qui par manquent du patriotisme laissent ces richesses au profit des étrangers voraces qui pillent.

Il se pose un véritable problème de la mise en œuvre des ressources naturelles et de leur gestion en République centrafricaine depuis l’indépendance. L’Ouganda, l’Angola, la Guinée équatoriale, le Libéria, le Botswana, le Nigéria et l’Afrique du Sud entre autres, ces pays africains se sont développés et se développent grâce à l’exploitation de leurs richesses naturelles notamment le diamant et le pétrole. Mais pourquoi pas la Centrafrique?

Ce pays d’environ 5 millions d’habitants et d’environ 623.000 km²  vit au contraire la malédiction de ces richesses naturelles. Il ne connaît que des mutineries, des rébellions et des coups d’Etat créant ainsi une instabilité chronique, handicap à la mise en œuvre des programmes de développement.

La sécurité, l’éducation, la santé,  l’économie et la politique sont toutes à revoir aujourd’hui après le vent violent qui a secoué le pays en 2013.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments