RCA: les congrès haineux de l’opposition trahissent leur plan machiavélique

0
378
Centrafrique-opposition-Ndjoni-Sango
Les leaders de l'opposition centrafricains

Par Mamadou NGAÏNAM                                    

Bangui 17 septembre –(Ndjoni Sango) : Nous sommes en train d’assister à des scènes machiavéliques qui n’honorent pas la République Centrafricaine. Il y a des fois que des hommes arrivent à prendre du recul pour mieux sauter.

En République Centrafricaine, il y a des hommes compétents, capables de redresser ce qui est tordu. Etant donné que nous sommes en train de sortir d’une longue crise militaro-politique, pensons que le rassemblement de tout un peuple serait la bonne manière pour faire face aux problèmes inhérents auxquels nous sommes confrontés.

Pourquoi nos hommes politiques ne peuvent-ils pas s’unir au moment où le bateau est en train de chavirer ? Pourquoi ne pas prendre une position commune face au danger qui guette notre pays et surtout celui de l’insécurité ? Pourquoi ne pas être dans un même bateau pour lutter contre le coronavirus ?

A notre humble avis, l’état actuel de notre pays est catastrophique qui nécessite une union sacrée afin de redresser un pays en détresse. Aussi, à l’heure actuelle, a-t-on besoin d’une opposition multi facette avec des plans machiavéliques pour une nouvelle déstabilisation du pays ?

Un Etat n’est pas un morceau de gâteau dont chacun doit avoir sa part. Un Etat, c’est une entité unique dont tous les fils et toutes les filles y résident et œuvrent ensemble pour son bien-être et son développement. Nul n’a intérêt à œuvrer pour la destruction de son nid d’oiseau. Pourquoi les Centrafricains n’œuvrent que pour la déstabilisation de leur patrimoine ?

L’histoire politique de ce pays nous a toujours déçue à telle enseigne que, la République Centrafricaine est livrée aux étrangers qui s’y installent et pillent nos richesses. Pourquoi donc s’en plaindre aujourd’hui ? Ne dit-on pas qu’on récoltera ce qu’on aura semé ?

Nous ne disons pas que la RCA est un Etat à régime dictatorial. Bien au contraire, nous avons une démocratie bien appréciée en Afrique où il existe la liberté d’expression, d’opinion, la liberté de la presse en est une réalité. Les partis politiques sont libres de mener leurs activités politiques aussi sauf, quelques cas de malentendus sur les questions brûlantes du pays.

Malheureusement, nous constatons avec amertume le comportement peu orthodoxe de nos leaders politiques et des formations politiques sans scrupules qui se lancent dans des diatribes sans fondement contre la personne physique même du Chef de l’Etat.

Les vrais débats politiques qui devraient faire l’objet des débats, sont transformés en dénigrements, insultes, en campagnes de préméditation.

Ce triste constat, nous l’avons découvert lors du passage des différents leaders qui se sont succédé sur les tribunes d’interventions lors des congrès tenus par ces formations politiques prétendant à la magistrature suprême de l’Etat.

Tout ça encore, c’est la liberté d’expression qui donne l’occasion aux Centrafricains de s’insulter comme de gros enfants qui ont besoin encore d’éducation.

Les congrès des partis politiques sont des occasions qui permettent à chaque leader aspirant à la magistrature suprême de l’Etat, de présenter son plan d’action ou son programme de société à la population.

Mais aussi, peuvent-ils relever les failles du régime en place en vue d’en exploiter à leur profit. Ceci dit, la tenue des congrès n’est pas une occasion d’insultes, d’accusations fortuites ou de menace voilée à l’endroit de la plus haute autorité de l’Etat.

Le pays, étant un Etat indépendant et démocratique, a besoin des hommes et femmes élégants en comportement, en langage pour montrer notre maturité politique aux yeux du monde entier.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments