RCA: Ali Darass, électeur assermenté aux élections centrafricaines ?

0
382
Centrafrique-Ali-Darassa-Bambari-Ndjoni-Sango
L'installation du chef rebelle Ali Darassa à Bambari par le premier ministre Firmin Ngrébada en caricature @Jimmy Nzeko

Par Thomas KOSSI     

Bangui 21 septembre 2020—(Ndjoni Sango) : Sur le tableau de face book de ce samedi 19 courant, le terrible et sanguinaire buveur de sang centrafricain, que l’univers connaît sous l’appellation de consommateur de liqueur visqueux, s’enrôle ostentoirement. L’Union africaine, la Communauté internationale, l’Afrique, l’Europe, l’Asie et l’Australie découvrent cet ignoble humain se prévalant votant. Pour l’honneur de qui et de quoi ?

Seleka de première heure, Ali Darass est signataire sans conteste d’APPRC-RCA. Il sera le tout premier candidat à le violer. Et de là, il va entreprendre sa croisière d’entasser des cadavres comme lui enseigne sa philosophie de mort.  Quand des femmes, enfants, hommes, valides, estropiés et tous ceux qui vivent dans le pays tomberont sous la lame de ses armes acérées.

La signature du texte officiel APPRC-RCA donne automatiquement droit à ceux qui y mettent leurs sceaux, de passer inévitablement « Fils en puissance du pays». N’est-ce pas la démarche que ce ouistiti a empruntée pour voter dans la mesure du possible celui ou celle qui pourra avoir cette chance ?

Encore faut-il que ses bailleurs in et out ne s’en mêlent point. Tant, l’enrôlement pour l’heure revient à tous ceux qui viennent d’ailleurs avec la force inébranlable de conquérir et accaparer le terrain. Comment les Peulh qui font leur intrusion dans le vestige de Boganda ne croient pas à en faire leur propriété ? Ceci dit, quel est la place de l’étranger qui vogue pesamment dans cette île de bonheur devant être livrée à tous ?

Il y a alors de quoi poser cette petite question au Pouvoir en place, au Garant et Facilitateurs : «Fermons les yeux, la RCA s’en sortira d’elle-même » ?  

Il est bel bien clair que les multiples brouilles du moment ne trouvent leur raison que dans le seul souci que tout va déjà mal. Le désordre est immense et la réussite peu sûre sinon jamais. Que faire alors si rien ne vient pour tout calmer ? Alors, élections à la Centrafricaine, chapeau !

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments