RCA: affaire AEC, Ambroise Zanga n’est pas le président légitime

0
229
AEC-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Maitre Guy Mathurin NGBOKOLI, en conférence de presse @crédit photo Kizer Maïdou

Bangui 12 Novembre 2020—(Ndjoni Sango) : Le tribunal de grand instance de Bangui saisie en référé a donné son verdict, Ambroise ZANGA n’est pas le président de l’Association des Eglises de Coopération en Centrafrique (AEC). L’annonce a été faite ce lundi à Bangui lors d’un point de presse animé par le conseil de l’Eglise de Coopération en Centrafrique, Maitre Guy Mathurin NGBOKOLI, avocat inscrit au barreau de Centrafrique.

Dans un passé récent, le torchon brûle au sein de l’association des églises de coopération en Centrafrique au sujet de la mise en place du nouveau bureau de cette association.

Deux clans se sont formés, d’une part le bureau légitime mise en place lors de l’assemblée générale élective validée le 21 mars 2020 par le directeur de cabinet du Ministère de l’administration du territoire chargé de la décentralisation et de l’autre coté le bureau du comité ad hoc que dirige le pasteur Ambroise ZANGA.

Or, le bureau ad hoc mise en place le 25 juin 2019 a été dissout par un arrêté Ministériel numéro 005 du 18 septembre 2019.

Au-delà des voix juridiques, le clan Ambroise ZANGA refuse d’obtempérer   à cette décision et réclame toujours la paternité de cette association. Investi président par une autre association AEC, ce dernier fait usurpation de titre au sein des églises et donc le bureau dans son exercice est toujours disputé entre deux groupes. Ce qui oblige le conseil de l’église a donné des éclairages:

« Il y’a lieu de souligner haut et fort ici que l’unique bureau qui a été mis en place et chapeauté par les institutions à savoir le ministère de tutelle, le Ministère de l’administration du territoire chargé de la décentralisation. C’est le bureau que préside Gaston YORO. La mise en place de ce bureau a été assistée par le directeur de cabinet qui est donc le représentant direct du ministère de tutelle qui a ratifié définitivement le document faisant augure de la mise en place définitif du bureau que préside Gaston YORO     », a déclaré l’avocat du conseil de l’église de coopération en Centrafrique.

Or, s’il fallait le préciser selon les dires du Maitre, cette association dite AEC n’est pas une institution de l’Etat, elle n’est pas revêtue de pouvoir étatique dont les attributions lui font injonction d’assister à la mise en place d’une association ou d’une structure à caractère religieux qui pourrait être validé par le pouvoir central.

Il poursuit en éclaircissant :

« Au jour d’aujourd’hui, nous sommes obligés de faire cette sortie pour  non seulement éclairer l’ensemble du peuple Centrafricain mais également, l’ensemble des adeptes de l’association des églises de coopération en Centrafrique pour dire que l’Association des Eglises de Coopération en Centrafrique ne reconnaît pas pasteur Ambroise SANGA comme l’un de ses pasteurs qui agissent en lieux et places. Par conséquent, elle reconnait monsieur Gaston YORO».

Au regard des lois, des textes, les critères de la mise en place des structures religieuse en Centrafrique, le bureau que dirige Ambroise ZANGA n’est pas légitime. Le conseil de l’église par la voix de son avocat, attend toujours suivre les démarches légales et juridiques pour ramener l’intéressé à la raison.

Dès lors, une mission est en cours pour éclairer les églises membres. Des voix et moyens sont en train d’être mobilisés pour amener la population à la raison.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments