RCA : CSP 20 signe des accords d’alliance avec des partis et associations politiques

0
629
Catherine-samba-panza-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Signature de l'accord politique entre la candidate à la présidentielle Catherine Samba Panza et les partis et associations politiques @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 23 novembre 2020—(Ndjoni Sango). La candidate indépendante à l’élection présidentielle et aux législatives de décembre prochain, Catherine Samba-Panza, a signé le mercredi 18 novembre 2020, des accords politiques avec deux formations politiques, notamment, l’Union nationale des démocrates républicains (UNADER) de Laurent Gomina Pampali et la Nouvelle alliance pour le progrès (NAP) de Jean Jacques Demafouth. La signature des accords concerne aussi deux associations de jeunes à savoir : association Jeunesse consciente pour le développement (JCP) et l’association Jeunesse engagée pour CSP (JECSP).

A quelques semaines du 1er tour des scrutins en République centrafricaine, la candidate indépendante, l’ancienne Cheffe d’Etat de la transition, et l’unique femme parmi les 22 candidats sur la liste provisoire, Catherine Samba-Panza, se lance activement dans la reconquête du fauteuil présidentiel.

Pour se lancer dans ce combat politique qui s’annonce rude, la candidate a eu le ralliement de deux mouvements politiques et deux associations de jeunes.

Le président du parti UNADER, Laurent Gomina Pampali, a marqué son adhésion et son soutien à l’équipe de la direction de campagne CSP20, comme une marche en faveur de la promotion féminine du fait que l’ancienne Cheffe d’Etat est l’unique femme à se lancer dans la course présidentielle.

Cet homme politique est tout à fait d’accord sur l’idée portée par Samba-Panza et son équipe de campagne qui comptent« changer à travers leur vision politique l’identité actuelle de la République centrafricaine très sale » : « Je suis entièrement d’accord parce que l’identité d’aujourd’hui, chers compatriotes, elle est sale. Une identité de violence partisane, ethnique, tribale et confessionnelle. Nous sommes sur la même longueur d’onde et nous allons travailler pour cela avec les moyens de bord, la presse et la communication pour que les Centrafricains nous entendent », a déclaré le Président du parti UNADER.

Quant au parti Nouvelle alliance pour le progrès (NAP) de Jean Jacques Demafouth, représenté à la cérémonie de cette signature par Yves Bienvenu Dodocko, il se dit prêt à mettre sa bergerie à la disposition de la candidate à la présidentielle pour qu’ensemble, ils puissent l’amener à la « magistrature suprême » de l’Etat.

Leur motivation selon le représentant de la NAP, est que l’ancienne présidente a dirigé une transition en organisant une élection« crédible et transparente avec une alternance et tout cela a amené notre parti à revenir  pour l’aider ».

Selon la candidate CSP, qui, à travers sa politique Gouverner Efficacement, d’une part, ne cache pas son émotion de joie après la signature desdits accords et regrette d’autre part, d’être la seule femme parmi les candidats à l’élection présidentielle.

« C’est une fierté pour moi et aussi une grande responsabilité parce que je devrais continuer à porter haut le flambeau de la femme centrafricaine en politique et tous les autres aspects de la vie tout simplement. Une grande responsabilité, parce que je devrais assumer cette haute fonction de manière efficace dans l’intérêt bien compris du peuple centrafricain », a déclaré Catherine Samba-Panza qui a, en même temps, ajouté d’avoir bâti une vision et elle se réjouit qu’aujourd’hui certaines structures politiques et organisations de la jeunesse veulent la partager avec elle.

Pour arriver à gagner,« j’ai compris qu’il me fallait stratégiquement pour arriver à la victoire, m’ouvrir à tous ceux qui veulent m’accompagner et ceux qui veulent partager ma vision. Cet accord consacre également la franche collaboration que nous devrions mettre en œuvre pour aboutir à une réussite de notre projet politique », a-t-elle conclu.

A titre de rappel, Catherine Samba-Panza est la candidate numéro 12 sur la liste provisoire des 22 candidats enregistrés par l’ANE en attendant la délibération définitive par la Cour Constitutionnelle au plus tard le 3 décembre 2020 selon le code électoral.

La candidate CSP est la première femme à diriger la Centrafrique, à l’issue d’une transition du 20 janvier au 30 mars 2016.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires