RCA : l’ONU, l’UE, l’UA et la CEEAC appellent tous les acteurs à respecter la décision de la Cour constitutionnelle

2
757
Centrafrique-bangui-ndjoni-sango
Une vue du centre ville de Bangui, capitale centrafricaine@Photo-Erick-Ngaba

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 19 janvier 2021—(Ndjoni Sango) : Dans une déclaration conjointe signée le 18 janvier 2021 sur les élections en Centrafrique,  les hauts responsables de l’Union africaine, de la CEEAC, des Nations Unies et de l’Union européenne appellent tous les acteurs concernés à respecter la décision de la Cour constitutionnelle et à réaffirmer leur engagement dans la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit en République centrafricaine.

Dès la délibération définitive par la Cour constitutionnelle sur le résultat de l’élection présidentielle confirmant la réélection du Président TOUADERA à la tête de la République centrafricaine, la communauté internationale prend note de la décision de la Cour constitutionnelle statuant sur le contentieux électoral et proclamant les résultats définitifs de l’élection présidentielle du 27 décembre 2020.

Dans leur déclaration conjointe, ils rappellent l’importance du dialogue dans la recherche de solutions durables pour la paix et la stabilité.

A cette fin, ils encouragent  les autorités nationales à promouvoir  l’unité nationale, le respect des principes démocratiques, le dialogue politique et inclusif, la bonne gouvernance, ainsi que le renforcement des institutions nationales, la poursuite du processus de paix, la lutte contre l’impunité, et la mise en œuvre d’initiatives socio-économiques inclusives, y compris à travers des programmes de reconstruction et de développement post-conflit, pour faire bénéficier à la population centrafricaine les dividendes de la paix, et alléger ses souffrances.

Sur la situation d’insécurité grandissante dans le pays, les hauts responsables de l’Union africaine, de la CEEAC, des Nations Unies et de l’Union européenne expriment leurs fortes préoccupations face à l’escalade de la violence et aux attaques coordonnées, y compris celles visant à prendre le contrôle de la capitale Bangui.

Ils condamnent fermement les violences perpétrées par certains groupes armés visant à compromettre le processus électoral et déstabiliser le pays, ainsi que les discours de haine et d’incitation à la violence alimentés par des campagnes de désinformation.

A cet effet, ils encouragent tous les acteurs à travailler ensemble, dans un climat apaisé, pour créer les conditions favorables à la finalisation des prochaines étapes du processus électoral, en particulier les élections législatives.

Ils saluent l’engagement continu des Casques bleus des Nations Unies pour le maintien de la paix, travaillant en collaboration avec les forces nationales de défense et de sécurité, ainsi que les autres forces déployées dans le cadre de la coopération bilatérale avec le gouvernement centrafricain.

Pour finir, ils appellent à une mobilisation continue de la sous-région, et saluent les initiatives régionales visant à renforcer le dialogue, apaiser les tensions et rechercher des solutions politiques concertées à cette crise.

Ils réitèrent leur engagement aux côtés du peuple et du gouvernement de la République Centrafricaine dans leurs efforts de consolidation de la paix et de la démocratie, ainsi que de promotion de la réconciliation nationale et du développement durable, en étroite collaboration avec les autres partenaires.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
1 mois il y a

Oui ces bandes des génocidaires font semblant de reconnaître le légitimité de FAT mais quand vont ils arrêter de fournir des armes aux rebelles ?

Thibault Berson MBETID
Thibault Berson MBETID
1 mois il y a

Ils ont donnés les moyens à Mr BOZIZE pour créer la CPC dans le but d’empêcher les Centrafricains(es) d’aller voté. Contraindre le gouvernement à dialogué avec eux c’est leur plan A, si ça marche pas c’est le plan B déstabiliser le gouvernement (Coup d’état).