RCA: risque d’une grave crise économique face à la rébellion, alerte le ministre des financiers

1
1941
Centrafrique-Henri-Marie-Dondra-ministre-centrafricain-des-finances-et-du-budget-Ndjoni-Sango
Henri-Marie Dondra, ministre centrafricain des finances et du budget @photo Erick Ngaba

Par Cyrille YAPENDE

Bangui l23 janvier 2020—(Ndjoni Sango) : L’impact de la détérioration du climat sécuritaire pèse lourdement sur l’économie centrafricaine. Cette situation préoccupe le ministre des finances et du budget Henri Marie Dondra qui a tiré sur la sonnette d’alarme et plaide pour un appui d’urgence des partenaires financiers de la République centrafricaine.

La situation économique et financière de l’heure est au cœur d’une rencontre ce vendredi 22 janvier 2021 dans la salle de conférence du ministre des finances et du budget. A l’occasion de cette réunion présidée par le ministre DONDRA qui n’a pas manqué de lancer un cri d’alarme.

Sans passer par quatre chemins, l’autorité monétaire déclare que : « si rien n’est fait avant le mois de février 2021, la RCA risque de vivre un moment très difficile au plan économique et financier », a-t-il insisté.

Le blocus par les rebelles de la CPC de la route nationale n° 1, c’est-à-dire le corridor Bangui-Beloko, principale voie de ravitaillement de la capitale centrafricaine, se répercute énormément sur la collecte des recettes intérieures de l’Etat, mais aussi crée l’inflation mettant en difficulté ces entreprises.

« Il a déjà eu des échanges avec les partenaires de la RCA sur cette question aux fins de trouver des voies et moyens permettant la reprise du trafic sur ce corridor. C’est important de plaider auprès des partenaires financiers pour des appuis d’urgence », a plaidé le ministre.

L’asphyxie de ce corridor par les forces non conventionnelles de la coalition des patriotes pour le changement (CPC), commencent à apparaitre dans la capitale avec la rareté des produits et des denrées alimentaires. Depuis le blocus de cette voie, plusieurs  réunions ont été tenues à Bangui entre les autorités nationales et les partenaires internationaux devant dégager une solution  permettant de trouver les voix et moyens pour la libre circulation des convois et des véhicules de marchandises.

Toute la solution envisagée ces derniers temps  à de la peine à se concrétiser face aux rebelles qui empêchent le ravitaillement de la capitale. Ce tir de la sonnette d’alarme par l’autorité monétaire, intervient une semaine après que les rebelles de la CPC ont attaqué des convois de véhicules des marchandises qui tentent d’approvisionner la capitale centrafricaine.

Suite à l’attaque par les éléments de la CPC de ses convois de véhicules sur le corridor Garoua Boulai-Bangui et ayant occasionné la mort de deux chauffeurs camerounais et deux autres blessés, le Premier ministre Firmin NGREBADA a convoqué le mercredi 20 janvier 2021, une réunion d’urgence devant s’enquérir de la situation et les faiblesses relevées dans la sécurisation du convoi.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
2 mois il y a

C’est la faute à la francafrique et son allié l’ONU. Ils ont plus 13 milles hommes sur place en RCA, comprenez un peu.