RCA: quand les citoyens se montrent chauvins quant à leur pays

0
201
Centrafrique-Bangui-Ndjoni-Sango
Une vue de la ville de Bangui en pleine circulation @Erick Ngaba

Par Thomas KOSSI

Bangui 10 avril 2021—(Ndjoni  Sango) : Le Centrafrique est un pays dont les fils ne peuvent accepter que continuellement, toutes ses richesses s’envolent vers des zones lointaines. Et pourtant, le pays libère l’homme et l’homme protège sa terre. Mais qu’advient-il exactement en ce qui concerne la République centrafricaine que le monde entier adore et redoute à jamais ?

Depuis les soixantaines d’années que vit cette communauté de 623.000 km², ses énormes potentialités sont la chose de l’extérieur. L’univers a l’œil sur ce petit monde dont les habitants, avec acharnement, travaillent farouchement pour mieux vivre et respirer la santé. Dommage, à jamais, que l’on vienne du nord, sud, est et ouest, l’envie prend les voyageurs, touristes, exilés et immigrants de vouloir traverser pour découvrir en coin et recoin, les fonds de la profondeur des masses de capacités naturelles.

Et bien sûr, l’on trouve ce qu’il faut pour que son cœur et la puissance de son pays pour le mettre en éclat, brille et amène à tout faire chambouler pour mettre à nu le sol généreux. Un tel comportement vous fera tenir dans votre chair et sens dans la raison normale ?

A jamais, non. Parce que personne ne peut laisser son enfant à lui être bastonné par un salaud d’étranger ? Très vite un père, une mère, se mettront en branle pour couvrir avec la dernière force le seul but de son existence. Voilà pourquoi femmes, enfants et hommes crient très fort pour appeler à l’aide et solliciter le secours indispensable qui peut libérer du dernier mal d’ici-bas.

Parce que comment accepter que l’on vienne de partout, décimer une race comme les Centrafricains de souche qui adorent la paix et nourrissent la quiétude ? Entre eux, ce sont des frères qui veulent se donner la main à leur manière.

Ils se saluent partout dans les bus et taxis, s’assistent mutuellement en cas de difficultés, collaborent comme de vieux colonialistes. Quel peuple voulez-vous anéantir alors qu’il est prêt à vivre comme la création l’aura recommandé ?

Laissons cette qualité de gens faire leur chemin, tant les liens qui les poussent à vivoter proviennent du ciel extrême. Les lois de leur vie donnent le maximum de la joie qui les excite à faire ce qui est dans la mesure du possible.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires