RCA: « l’accord de paix dit qu’il faut neutraliser ceux qui ne respectent pas leurs engagements » Abdoulaye Hissene du FPRC

1
562
Abdoulaye-hissene-ndjoni-sango-centrafrique
Abdoulaye Hissene, le leader du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) @crédit photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 14 avril 2021— (Ndjoni Sango) : Le leader influent du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), Abdoulaye Hissene qui demeure fidèle à l’accord de paix qu’il a signé avec le gouvernement brise le silence pour se prononcer sur les sujets brulants de leur en République centrafricaine. Dans une interview exclusive accordée hier mardi à Ndjoni Sango, l’homme déclare que ceux qui ont quitté l’accord de paix négocié à Khartoum et signé à Bangui n’ont pas de chance à y retourner et doivent être neutralisés pour que le pays retrouve définitivement la stabilité.

L’heure n’est pas de jouer au petit malin du moment où on s’est engagé à faire la paix. C’est ce qu’a fait savoir Abdoulaye Hissene du FPRC dans une interview avec Ndjoni Sango.

« On ne peut pas signer un accord et en même temps on déclare la guerre. Quand tu signes un accord et tu dis par la suite que tu quittes cet accord, comment on va te considérer ? La réponse est claire. On doit te traiter comme un bandit.  On ne peut pas faire le petit malin tout le temps. Soit, on est pour la paix, soit on ne l’est pas. Ils ont crié haut et fort qu’il n’y a pas de l’accord de Khartoum. Que c’est caduc. Donc, ils n’y a de la place pour ceux qui ont quitté cet accord », a-t-il fait savoir en s’opposant à l’avis de certains leaders des groupes armés membres de la CPC qui souhaitent regagner le cadre de l’accord.

En ce qui concerne ses engagements dans le cadre de cet accord, le leader du FPRC entre temps ministre de la jeunesse et de sports à l’époque de la transition, déclare qu’il ne s’est pas opposé au retour des services de l’Etat dans sa zone de juridiction. Ce qui témoigne selon lui de ses engagements à 100%100 au côté du gouvernement dans le processus de la paix en Centrafrique.

« Nous nous sommes engagés à Khartoum pour dire plus jamais ça. C’est écrit noir sur blanc. C’est pourquoi vous voyez que chez nous (NDLR : zone de Ndélé), toutes les autorités de l’Etat sont là. Nous les avons soutenues à 100%100. La restauration de l’autorité de l’Etat, c’est l’objectif de nos engagements. C’est ce que nous nous sommes dits dans l’accord de paix. Nous avons fait des déclarations pour dire qu’il faut la restauration sans entrave de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national. Libération des barrières illégales, le désarmement » a-t-il renchérit.  

A propos du dialogue « républicain » annoncé par le président de la République, Faustin Archange Touadera, qui rejette l’idée d’un dialogue avec les rebelles de CPC, Abdoulaye Hissene « dit qu’il n’y a pas d’objection à faire sur la décision suprême du chef de l’Etat ». « Nous nous adhérons totalement à ses idées »,  a-t-il conclu.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thibault Berson MBETID
Thibault Berson MBETID
3 mois il y a

Bravo c’est un digne fils du pays, c’est normal car Mr Abdoulaye HISSENE a bien compris il veut la paix dans notre pays.