RCA: mais pourquoi le service de l’Etat rend fou un citoyen élu ?

0
128
Centrafrique-Assemblée-nationale-Ndjoni-Sango
vue d'ensemble de l'hémicycle de l'Assemblée nationale centrafricaine @crédit photo Erick Ngaba

Par Thomas KOSSI

Bangui 19 avril 2021-(Ndjoni  Sango) : La République centrafricaine va vers son énième gouvernement. Des compatriotes du pays veulent savoir que font ces gens qui vont jusqu’à se battre pour le pouvoir s’ils l’ont en main. Et en pareille occasion, que ne fait-on pas pour bénéficier d’une petite parcelle qui expose au soleil ?

Aujourd’hui, avec les résultats des élus du peuple, bien de ressortissants sont fiers d’être un fils ou une fille heureux « se » de la patrie. Des postes de primature, ministre, directeur de cabinet, secrétaire général, directeur général et, arrêtons-nous là, miroitent aux yeux des ambitieux qui veulent en profiter. Si l’on est dans l’obscurité à présent, demain, notre position peut changer aux yeux du monde. Et quelle joie pour la famille !

Dommage que tout va au mal, si le désir excessif ne nous donne pas le train qui dicte la verve possible de faire ce qui ne  convient pas à tous. C’est alors que les grands maux tombent sur nos têtes quand nous cessons de faire le devoir de l’homme raisonnable.  Des inaptitudes guident le déraciné à sortir de son champ, car il perd la nature d’être naturel. Le citoyen de ce genre, pour être devenu un petit fou, sème la zizanie en faisant comprendre bien de chose qui cloche. Tant, la pire imagination du malin, s’envole plus que sa propre caboche, qui, le dépassant énormément, le cloue au pilori.

Que ne reconnaîtrons-nous pas quand les postes de responsabilité seront dans des mains que l’on n’imaginerait jamais ! Cela arrive le plus souvent. Mais que voulez-vous ? Telle est l’histoire du monde qui surprend comme une silhouette qui dérange vivement.

Parce que, c’est sans comprendre que la vie intéresse et appelle à mieux vivre. Les Centrafricains qui attendent tous que le monde les guide, seront les heureux patients de la vie monotone qui cerne l’humanité.

Que faire pour mieux vivre ici-bas ?

En ne nous souciant point que le monde veuille que l’on aille vers lui sans avoir à trop crier. Aimons ce que nous avons à faire, mais laissons les autres faire à leur manière ce qui les engage.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments