RCA: poursuite de manifestations à Bangui contre la Minusca et Ali Darassa

1
269
Remise d'une pétition aux représentants de la Minusca par les manifestants

Par Erick NGABA

Bangui 20 avril 2021—(Ndjoni Sango) : Une de plus ce mardi à Bangui, des Centrafricains se sont rassemblés ce matin devant le siège de la Minusca, mission onusienne en RCA, pour protester contre l’attitude de la Minusca qui souhaite le retour du mercenaire Ali Darassa dans l’accord de paix du 6 février 2019 qu’il a piété en se ralliant à la CPC de François Bozizé. Une pétition signée par plus de 3 000 personnes a été remis à la Minusca demandant de ne pas autoriser les négociations avec les « criminels ».

Bangui la capitale centrafricaine connaît depuis une semaine une vague de manifestations contre le chef de la Minusca, Mankeur Ndiaye pour sa position soutenant le mercenaire tchado-nigérien Ali Darassa dans son double jeu avec le gouvernement centrafricain.

Aujourd’hui, le 20 avril, une manifestation a eu lieu devant le siège de la MINUSCA à Bangui. Les manifestants à plus de 1 000 personnes ont exprimé leur indignation à l’égard de la mission onusienne en République centrafricaine.

Au cours de cette mobilisation de protestation, les manifestants ont remis une pétition aux représentants de la MINUSCA, pétition signée par plus de 3000 personnes, demandant aux cadres onusiens de ne pas autoriser les négociations avec les rebelles de la CPC.

Dans leur déclaration, ils s’opposent à la « coopération » entre la MINUSCA et Ali Darassa. Les manifestants supposent que la Minusca serait en intelligence avec les rebelles de CPC.

C’est pourquoi, d’après eux, le chef de cette mission onusienne, Mankeur Ndiaye, soutient la déclaration du mercenaire chef de l’UPC qui a demandé son retour dans le cadre de l’accord signé avec le gouvernement centrafricain.

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
3 mois il y a

Le moment est propice pour que les alliés attrappent le génocidaire ali darasse vu que les frontières du tchad son pourvoyeur sont fermées.