RCA: appel du pasteur Nicolas Guerekoyamé, suite à l’attaque du convoi de l’église Elim vers Alindao

0
107
Le révérant pasteur Nicolas Guerekoyamé en conférence de presse à Bangui @crédit photo Kizer Maïdou

Par Kizer MAIDOU

Bangui 9 Juin 2021—(Ndjoni Sango) : Dès son retour à Bangui après l’incident du 05 juin vers Alindao, le révérend pasteur Nicolas GUEREKOYAME, lance un appel a l’endroit des acteurs de la vie politique et de la société civile. Appel lancé mardi à Bangui, lors d’un point de presse animé par le président de l’Union des Eglises Elim en Centrafrique.

De retour de la conférence annuelle des leaders et organisations des églises évangéliques Elim à Alindao dans la Basse-Kotto, le convoi des participants à cette conférence conduite par l’homme de Dieu, à été pris pour cible, par les groupes rebelles coalisés dans la CPC.

Les passagers à bord des 7 véhicules de la délégation ont été tous dépouillés de leurs biens et les véhicules du convoi, brulés, laissant les membres de la délégation à la merci de la nature.

Devant cet acte qualifié de barbarie, le révérend pasteur Nicolas GUEREKOYAME GBANGOYU, qui a conduit la délégation, apporte des éclaircissements sur l’incident et lance un appel aux acteurs de la vie politique et civile y compris les partenaires en mission de sécurité en RCA.

L’homme de Dieu précise qu’aucun des membres de la délégation n’a fait l’objet de torture, nonobstant leurs biens qui ont été emportés par les assaillants et les véhicules brulés. Aucune victime humaine, ni une personne prise en otages ou emportée par les assaillants, a éclairci le révérend pasteur.

A la classe politique centrafricaine, il demande une grande mobilisation en vue d’apporter une solution à la crise nationale.

« A la classe politique centrafricaine, elle devrait d’avantage se mobiliser, et faire preuve d’une volonté politique affichée, en vue d’apporter une solution globale et durable à la crise centrafricaine qui ne fait que perdurer».   

L’homme de Dieu exhorte les Forces de sécurité et de défense intérieure, de s’atteler à la protection de la population, à travers la reconquête du territoire, mais aussi, en appliquant leur serment.

« Aux forces de sécurité et de défense intérieure, elles devront d’avantage s’atteler à la défense du territoire national, mais surtout, à la protection des populations. Elles devront travailler dans l’esprit de leur serment et appliquer l’éthique en adoptant un changement de paradigme qui les éloignerait des tracasseries causés aux usagers de la route, à travers les pratiques de formalité qui s’assimilent à des raquettes et qui fragilisent la confiance entre la population, son armée, la gendarmerie et la police».

Le patron des églises évangéliques Elim en Centrafrique, demande aux autorités du pays, l’observation des dispositions de la Constitution ? en protégeant la population civile où qu’elle se trouve.

« Aux autorités administratives établies, elles devraient observer les dispositions de la Constitution garantissant la liberté des citoyens et la protection de la population civile où qu’elle se trouve. En outre, rechercher des solutions durables pour le retour définitif de la paix sur toute l’étendue du territoire centrafricain, à travers un dialogue constructif avec tous les fils et filles du pays».

Nicolas GUEREKOYAME demande enfin à la société civile centrafricaine d’être apolitique dans son obligation, enfin d’être le véritable porte-voix des sans voix qu’est la population.

Aux confessions religieuses, de professer la paix, d’être un instrument et un cadre de paix.

Aux groupes armés de cesser de faire de la population civile des victimes innocentes et avoir un cœur humain.

A la MINUSCA, de toujours agir avec promptitude, enfin d’être utile telle que ses éléments ont été lors de cette mission.

Il y’a lieu de préciser que l’un des véhicules brulés par les assaillants lors de l’attaque du convoi, appartient à l’ONG Cordaid…

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires