RCA: vols intensifs des panneaux solaires dans la capitale

0
177
Un lampadaire solaire installé dans une rue de Bangui @crédit photo Erick Ngaba

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 20 septembre 2021—(NdjoniSango) : Il se passe des choses très incompréhensives en République centrafricaine. Comment peut-on construire un pays avec des malfrats qui ne cessent de détruire tout ce que l’on construit pour l’avenir du pays ?

L’histoire nous rappelle que la RCA, a été à plusieurs reprises victime de sabotage par des pillages successifs, la destruction des sociétés publiques et privées, les édifices publics et bien d‘autres bien de l’Etat. Par exemple, les mutineries à répétition entre 1996 à 1998, les dégâts ont été incalculables avec lot de chômage au sein de la population.

Aujourd’hui, les autorités du pays se sont évertuées à rétablir l’ordre dans tous les domaines d’activités socio professionnelles et surtout dans le domaine de la sécurité. Et pourtant, l’électrification de la ville de Bangui, et celles des provinces a été lancé par les autorités et piloté par l’ENERCA sous l’impulsion du ministère de l’Energie et de l’hydraulique.

Nous ne sommes pas censés ignorer que la ville de Bangui, est celle qui est la plus exposée aux braquages suite aux multiples coups d’Etat et rebellions qui ont secoué le pays au cours de ces dernières décennies. Aujourd’hui, encore, ces braquages se sont intensifiés. Mais avec le lancement du chantier solaire, 80% de la ville de Bangui, est électrifiée.

Même les quartiers les plus reculés sont également éclairés voire la commune de Bimbo, dans l’Ombella M’poko et ses environs. Ce qui est encore plus agréable, est que, les mêmes quartiers les plus reculés sont aussi électrifiés grâce aux panneaux solaires installés aux abords des grandes artères et ruelles reculées.

Cette électrification a permis de réduire les cas de braquage et permet aux forces de l’ordre et de Sécurité Intérieure de patrouiller dans la quiétude. L’autre avantage est que, la population peut se promener tranquillement la nuit même à des heures tardives.

Malheureusement, force est de constater avec amertume que, certaines personnes mal intentionnées, des malfrats,  bandits de grand chemin, se permettent le luxe de braquer, de voler, démonter les poteaux électriques, soit ils enlèvent les panneaux pour les revendre quelques parts.

Le plus souvent, les poteaux partent du côté de la rivière Oubangui, vers Zongo avec la complicité de nos compatriotes qui servent de couloir de transit. Sur place à Bangui, certaines avenues se sont dépouillées de ces poteaux solaires tels que les cas de l’Avenue menant dans le 7ème arrondissement où la plus part des poteaux sont enlevés et emportés nulle part.

Du coup, l’obscurité s’est installée vers le village Gbabili précisément à Gui mon Wara et ses contrés, c’est le même son de cloche où plus de vingtaine de poteaux sont emportés. Le chef du quartier, a dénoncé cette pratique ou un fils d’un haut magistrat serait l’auteur principal de ces actes de vandalisme.

Mis aux arrêts, à la police, le malfrat déclare qu’il opère avec la complicité de certains éléments des FACA. Donc une enquête est ouverte à cet effet. Que peut-on dire de la construction de la Centrafrique ?

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires