RCA: “je n’ai rien signé avec une société qui s’appellerait Wagner », rétorque le president Touadera

1
295
force-russe-ndjoni-sango-centrafrique
Les instructeurs russes aux côtés des forces armées centrafricaines dans une offensive contre les rebelles de CPC en décembre 2020 près de la ville de Bossembelé @crédit photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 23 septembre 2021—(Ndjoni Sango): Depuis trois ans, la Russie, à travers ses instructeurs russes, appuie la République centrafricaine dans l’opérationnalisation de l’armée nationale. A la question de savoir si le gouvernement centrafricain signe accord secret avec une société russe de sécurité privée du nom « Wagner » comme aiment le dire les organisations internationales, le président centrafricain, Faustin Archange Touadera, a levé l’équivoque sur toutes les suspicions utilisées pour tenir l’image de la coopération la Russe.  

« Je n’ai rien à cacher au sujet des Russes », a précisé le Chef de l’Etat centrafricain dans une interview exclusive accordée au journal Jeune Afrique. Serein et franc, Faustin Archange Touadera n’a pas mâché les mots quand il s’agit d’évoquer le dossier russe en République centrafricaine.

Dans un cadre de coopération bilatérale visant à diversifier les relations, Bangui a renoué contact avec Moscou. Des accords bilatéraux ont été ainsi signés entre les autorités centrafricaines visant à consolider cette coopération dans divers domaines dont la défense.

A travers cet accord de défense, des instructeurs russes sont déployés en République centrafricain sous les auspices du Conseil de Sécurité de l’ONU, pour pouvoir former l’armée centrafricaine au maniement d’armes russes offertes au gouvernement. En République centrafricaine, ce sont des instructeurs.

Mais, cependant dans les médias occidentaux et organisations internationales, ce seraient des mercenaires appartenant à une supposée société russe du nom « Wagner ». Au micro de Jeune Afrique, le président centrafricain dit ne pas reconnaitre une telle société. Dans son franc parler, il ne reconnait pas avoir signé un accord avec une telle société.

« Avez-vous vu, ici à Bangui, une société qui s’appelle Wagner et qui aurait pignon sur rue ? À ma connaissance, nous avons en Centrafrique des sociétés qui se sont créées conformément à la loi et qui agissent sur des marchés libéralisés. Nous n’avons pas les moyens d’enquêter plus loin. Vous me dites que certaines d’entre elles sont liées à Wagner, mais il faut que l’on nous donne les capacités de le vérifier. Moi je n’ai rien signé avec une société qui s’appellerait Wagner. Je vous mets au défi de prouver le contraire », a rétorqué Faustin Archange Touadera.

Les instructeurs russes dépêchés par Moscou sont présents sur l’ensemble du territoire centrafricain aux côtés des forces armées centrafricaines (FACA). Grâce à cette assistance militaire, le pays se libère de la présence accrue des groupes armés qui s’opposent à la présence de l’autorité de l’Etat centrafricain dans les villes du pays.

La présence russe en RCA, Faustin Archange Touadera l’a si bien précisé à Jeune Afrique, est certifiée par l’ONU.

« Elle est autorisée dans le cadre des Nations unies. L’objectif des instructeurs russes est de former les militaires centrafricains à l’utilisation des armes qui nous ont été livrées, environ 7 000 armes individuelles, gracieusement et légalement, par la Fédération de Russie. Ce n’est pas quelque chose qui se fait en cachette », a renchérit le président centrafricain.

Visiblement en République centrafricaine, aucun indice ne démontre s’il existe une société russe de sécurité privée au nom de « Wagner ». Aucun Centrafricain d’en haut et d’en bas, n’est en mesure de dire s’il connaît une telle société dont le nom est à la Une des médias internationaux. C’est pourquoi, le président centrafricain a déclaré qu’il met quiconque en défi pour prouver l’existence de cette société en RCA.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Stéphane Roméo OMBRE
Stéphane Roméo OMBRE
10 mois il y a

Bien parlé mon président.