RCA: le GTSC invite le président Touadera à déclarer la guerre à l’UPC et aux groupes armés actifs

0
163
le coordonateur de GTSC, Gervais Lakosso et le porteparole Crescent Beninga@photo Marly Pala

Par Cyrille YAPENDE 

Bangui 7 octobre 2021—(Ndjoni Sango) :  Dans un communiqué signé le 6 octobre 2021, le Groupe de Travail de la Société Civile sur la Crise en Centrafrique (GTSC) a appelé le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera à déclarer la guerre à l’UPC ainsi qu’à tous les groupes armés qui selon lui, massacrent les populations dans l’arrière-pays.

Les voix continuent de se faire entendre dans le pays suite au massacre de la population civile le 5 octobre 2021 par les éléments de l’UPC aux alentours de la ville d’Alindao près de Bambari. Le GTSC à travers son porte-parole Paul Crescent Beninga a condamné fermement cette tuerie et invite le Président de la République à combattre cette faction armée dirigée par Ali Darass.

Relevant du crime contre l’humanité, « ce massacre est l’expression de la volonté des groupes armés, à l’instar de l’UPC, de créer un climat d’insécurité dans l’arrière-pays au moment où les forces vives de la nation s’accordent sur la nécessité d’aller au dialogue républicain. Cette forme de chantage qui a couté et continue de couter la vie aux filles et aux fils de ce pays et a placé par la même occasion, une partie du territoire sous la « juridiction » des groupes armés ne doit pas en aucun être cautionnée et tolérée », a dénoncé Paul Crescent Beninga.

Par ailleurs, le GTSC note dans leur déclaration que la République ne peut être indéfiniment prise en otage par des mercenaires qui selon eux, ne se donnent qu’aux plus offrants. Il est donc impératif que des « actions de grandes envergures contre les mercenaires présents sur le sol centrafricain, à l’exemple d’Ali Darass, soient initiées », peut-on lire dans ce communiqué.

A l’Assemblée nationale, le GTSC invite se saisir davantage de la question de sécurité de la population civile dans l’arrière-pays en interpellant le gouvernement, notamment, les départements en charge de la défense et de la sécurité.

Quant à la Minusca, cette plateforme de proposition de solutions pour la résolution pacifique des conflits et de contrôle citoyen l’invite à contribuer à la protection de la population civile conformément à son mandat.

Aux partis politiques aussi bien de la « majorité au pouvoir que l’opposition à prendre des initiatives républicains et nationalistes permettant de sauver la nation centrafricaine, de nouveau, plongée dans la violence armée ».

Pour finir, le GTSC dans cette même déclaration invite les organisations de la société civile à s’organiser pour s’opposer une résistance au projet de la déstabilisation de nos régions et des institutions de la République.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires