RCA: les hécatombes planifiées pour créer la psychose nationale

0
146
Centrafrique-Bangui-Ndjoni-Sango
Vue partielle de la capitale centrafricaine, Bangui @photo Diaspora

Par Thomas KOSSI

Bangui 13 octobre 2021—(Ndjoni  Sango) : L’ambiance qui se lit sur le visage du Centrafricain, montre une peur cachée. Que craint-on quand les Forces armées nationales (FACA) et leurs alliés Russes et Rwandais vont et viennent pour libérer le peuple qu’on assassine ?

Au jour le jour, les différentes ondes, nationales et internationales, donnent des nouvelles qui font frémir. L’on apprend dire qu’à telle zone, des personnes ont été massacrées, soit par les armes à feu, soit par les mines anti-personnelles des criminels.

Or, il faut comprendre que nous venons, pour la plupart, de l’arrière-pays. et la masse de la population vie dans les villes de province. Lorsque la mort frappe dans le tas, l’inquiétude est énorme dans la capitale. Surtout que le malheur que les terroristes imposent aux filles et fils de ce pays, est vivement inadmissible. Nombreux sont ceux qui ne savent exactement pas pourquoi on leur fait la misère.

Mourir, c’est beau vu que chacun doit passer par-là. Est-ce qu’un individu  peut échapper à cette malédiction ? Malheureusement, ce que les groupes armés font en ces instants en République centrafricaine, dépasse l’entendement humain. Parce que mourir dans la minute, une heure plus tard, un à deux  jours selon la volonté des homicides, vous êtes incertains que cette surprise vous étouffe, vous étouffera.

Qui s’attend à son heure fatidique ou fatale ? La période du couvre-feu qui s’étale de 22 heures à 5 heures du matin, convint trop mal l’habitant des 623.000 km². Mais ayant submergé par la peur qui perdure sur tout, l’homme centrafricain tremblote. Et à chaque instant.

Que les forces de défense se mettent à faire ce qui rassure et donnent la confiance au peuple, le phénomène de crainte qui plane, s’envolera de l’esprit national.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires