RCA: le cessez-le-feu, un ingrédient propice au retour des personnes déplacées?

0
32
Retour à Bangui des refugiés centrafricains de la RD Congo @crédit photo Erick Ngaba

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 27 octobre 2021—(Ndjoni Sango) : La semaine dernière, la République centrafricaine a enregistré le retour volontaire de ses 250 réfugiés ayant vécu en République démocratique du Congo. Ce retour massif intervient après la déclaration de cessez-le-feu unilatéral du président Touadera, mettant fin aux hostilités armées afin de créer un climat sécuritaire apaisé dans le pays.

La fin des hostilités armées orchestrées par la coalition des rebelles constitués de la CPC sur le territoire centrafricain pourra bien apporter beaucoup de changement aux Centrafricains.

La libre circulation des biens et des personnes, le retour progressif des personnes déplacées internes et externes, et bien la relance économique dans les régions du pays, sont entre autres des acquis que la population peut tirer de cette déclaration de cessez-le-feu saluée par tous. Car, des projets de développement local en attente et en phase de mise en œuvre pourraient être désormais exécutés au profit de la population qui n’aspire qu’à la paix.

La République centrafricaine a trop souffert de tous ces conflits armés de plusieurs décennies. La population en a toujours fait le frais. Il est temps d’abroger la souffrance des civils innocents de la barbarie des armes perpétrée par des assoiffés du pouvoir et profiteurs des biens mal acquis.

Si l’on constate aujourd’hui un semblant d’accalmie sur l’ensemble du territoire national, le cessez-le-feu qui est une mesure politique et sécuritaire conforme à la feuille de route de Luanda pour la fin des hostilités armées en RCA, s’avère indispensable pour le retour des personnes dont les violences armées ont forcé le déplacement soit à l’interne soit à l’externe du pays.

Si aujourd’hui le pays commence à enregistré à nouveau le retour volontaire des réfugiés dans les pays limitrophes, l’on pourra déduire que la stabilité est progressivement de retour. Il est une nécessité impérieuse pour les autorités du pays de capitaliser les acquis des décisions prises et consolider le climat apaisé de la stabilité pour que la population oublie définitivement les piques des violences inouïes ayant endeuillés beaucoup de civils innocents.

Comme on le dit, la paix n’a pas de prix. C’est pourquoi, le gouvernement centrafricain doit s’employer à tout mettre en œuvre pour pouvoir créer des conditions de vie appréciées à la population massivement mobilisée lors des élections présidentielle et législatives de fin 2020 sous les balles de la rébellion CPC.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires