RCA: le ministre de la santé interpelé au parlement

0
98
Dr Pierre Somsé ministre centrafricain de la santé publique @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 25 novembre 2021—(Ndjoni Sango) : L’Assemblée nationale a interpellé le jeudi 24 novembre 2021, le ministre de la santé publique et de la population, Pierre Somsé, suite à la menace de grève ces derniers jours du personnel soignant qui envisage d’observer un mouvement de grève dans le but d’obtenir le paiement en leur faveur, des primes liées au Covid-19 qui restent et demeurent à ce jour impayées.

Le personnel soignant de toute catégorie confondue menace d’entrer en grève dans les prochains jours si leurs revendications ne seraient pas satisfaites par le gouvernement. Devant cette menace, l’Assemblée nationale a convoqué d’urgence le ministre de tutelle afin qu’il puisse les informer sur une éventuelle grève envisagée par le personnel de la santé.

Dans leurs motifs d’interpellation, le bureau de l’Assemblée nationale, à travers son 1er secrétaire parlementaire, demande au ministre, de bien vouloir leur apporter des informations fiables et des pistes de solutions envisageables pour une décrispation dans l’intérêt de leurs populations qui n’aspirent qu’à la paix sociale.

En prenant la parole, Pierre Somsé, ministre de la santé publique et de la population, dans sa déclaration préliminaire, a rappelé aux députés de la nation, que le budget 2020 a dégagé une marge qui a été payée aux ayants-droit mais, selon lui, c’est le montant d’un milliard de francs CFA, inscrits dans la loi des finances 2021 qui reste à apurer et que cela va se faire dans les jours qui viennent, a-t-il promis sans donner de date exacte.

« L’annonce de la grève a été une surprise pour le gouvernement et le ministère de la santé. Les motifs de cette grève n’existent pas. Certes, des cas d’omission du personnel ont été constatés et le versement de la première tranche a été emailée de fraudes et de détournements de la part de certains responsables véreux », s’est-il interrogé.

Hormis la question de grève, certains élus de la nation dressent un bilan exhaustif et catastrophique des dysfonctionnements « criards » constatées dans des formations sanitaires aussi bien à Bangui que dans l’arrière-pays. D’aucuns vont même loin pour soulever la problématique de couverture médicale universelle, les ruptures de médicaments, la gestion des ressources humaines et financières, la promotion de la santé des Centrafricains, la corruption et le monnayage des soins entre autres.

En reprenant la parole pour éclairer la lanterne des députés sur les disfonctionnements enregistrés dans les centres de santé, le ministre de la santé prend acte de ces questions à valeur doléances, de recommandations et d’observations qui, selon lui, ne s’adressent pas à lui seul, mais à l’ensemble du corps médical.

« La détérioration du système de santé ne date pas d’aujourd’hui et plusieurs facteurs peuvent expliquer et la corruption et autres méfaits constatés ne sont pas nés de la santé », a-t-il dit avant d’ajouter que tout n’est pas négatif, « le satisfécit reçu par la RCA pour la couverture vaccinale ayant abouti à l’éradication de la poliomyélite », a-t-il conclu.

Concernant la gestion du fonds de la Covid-19 qui continue de faire couler tant d’encre et salive dans le pays, l’Assemblée nationale exige la mise en place d’un comité d’audit visant à  statuer sur les fonds dépensés.

Cette demande du parlement fait suite à celle de certains partenaires internationaux qui attendent encore le rapport de l’audit sur la gestion de fonds mobilisés pour faire face à la pandémie de la Covid-19.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires