RCA: « Nous allons trouver un moyen pour pallier à cette suspension de l’EUTM » Présidence de la République

0
368
Albert Yaloké Mokpème ministre porte-parole de la présidence de la République centrafricaine @créidt photo Erick Ngaba décembre 2021

Par Erick NGABA

Bangui 19 décembre 2021—(Ndjoni Sango): La Présidence de la  République centrafricaine  trouvera une alternative pour pallier à la suspension de la formation des Forces armées centrafricaines (FACA), par l’EUTM, une mission d’entrainement de l’Union européenne en Centrafrique. C’est ce qu’a fait savoir Albert Yaloké Mokpème, ministre porte-parole de la présidence, au cours d’une conférence de presse le 18 décembre à Bangui.

Le mercredi dernier, l’Union européenne a suspendu sa mission d’entrainement militaire auprès de l’armée centrafricaine, justifiant l’influence du « groupe Wagner » sur militaires formés et déployés sur les théâtres d’opérations dans le pays.

Faisant le point sur cette situation qui continue de défrayer la chronique, la Présidence de la République centrafricaine réplique en donnant sa position vis-à-vis de la décision de l’Union européenne.

« Dans ce cas, nous allons trouver un moyens pour pallier à cette suspension. C’est logique de trouver le moyen de pallier à cette suspension a été décidée par l’Union européenne. C’est nous qui fixons la vision et les objectifs pour lesquels nos militaires sont formés », a martelé Albert Yaloké Mokpème, ministre porte-parole de la présidence.

Toutefois, le régime de Bangui regrette cette décision de l’Union européenne. Car, pour la présidence centrafricaine, la formation de l’EUTM est complémentaire dans le processus en cours de la structuration de l’armée centrafricaine.

 «Nous regrettons cette décision. Nous considérons que la formation de l’EUTM qui date de beaucoup plus longtemps, a été efficacement complétée par la formation des instructeurs russes à Berengo. Ce sont deux formations que nous considérons comme complémentaires. C’est deux choses qui nous permettent de déployer les hommes sur le terrain. Cela a permis aux FACA de monter en puissance », regrette Albert Yaloké Mokpème.

Par ailleurs, face à l’exigence de l’Union européenne relative à la présence russe, le porte-parole de la présidence centrafricaine s’interroge :

«Nous sommes en guerre, le chef de l’Etat l’a exprimé. Nous avons fait appel à beaucoup de partenaires pour faire face aux attaques de la rébellion en décembre 2020. La Russie et le Rwanda ont répondu à l’appel du président de la République pour nous permettre de faire face à ces attaques. Cette alliance des alliées avec les FACA que le terrain a permis de repousser la rébellion. C’est grâce à ces forces, que nous avons fait face à la CPC. Et vous dites que la présence russe vous dérange. Mais, on fait comment ? Qu’est-ce que vous nous proposez ? Qu’est-ce que vous nous proposez pour mettre fin à la rébellion en  RCA ? ».

Pour rappel, l’EUT M-RCA a débuté ses activités au profit des FACA en juillet 2016 avant de plier ses bagages mi-décembre 2021.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires