RCA: mésentente entre deux familles sur la levée du corps d’une défunte à la morgue

0
164
Sortie de corps de Mireille Nagbata sous une tension entre les deux familles @crédit photo Prince Nzapaoko

Par Fofito Matthas

Bangui 3 janvier 2022—(Ndjoni Sango) : La morgue de l’hôpital général de Bangui a été le lundi 3 janvier 2022, le théâtre d’un bras de fer entre deux familles dont l’une se dit capable de prendre en charge les obsèques de la défunte et l’autre est celle qui est censée organisée les funérailles parce que la défunte a été élevée par ses cousins après le décès de ses parents. Que faut-il faire pour départager ces deux parents dans cette situation paradoxale qui sont prêts à entrer en bagarre ?

Plusieurs tiraillement et bruits ne cessent de se produire à l’absence d’une personne décédée. Tantôt c’est le côté maternel qui veut prendre le dessus des choses, tantôt c’est le côté maternel qui se dit habileté a organisé des funérailles pour des raisons qui dépassent l’entendement de l’être humain. C’est le cas des deux familles ce jour qui a alerté les forces de l’ordre sur les lieux pour éviter toute sorte de dégât.

La nommée Mireille Nagbata, âgée de 36 ans et mère d’un enfant, a rendu l’âme le dimanche 26 décembre 2021, par suite d’une courte maladie dont elle souffrait depuis Brazzaville. La défunte Mireille vivait avec son conjoint à Brazzaville bien avant de retourner à Bangui et trépasser.

Cette situation créée la mésentente entre les deux familles depuis le jour du décès de cette dernière.

« Nous nous sommes entendus que le corps sera inhumé le mardi 4 janvier à Pissa route de M’baiki. Mais à notre grande surprise, les parents du côté maternel sont venus prendre le corps à la morgue ce matin sans nous informer. Alors que nous étions à la gendarmerie pour trouver un terrain d’entente entre les deux familles en conflits et on leur a demandé de signer l’engagement comme quoi le corps sera inhumé mardi à 69 km de Bangui précisément à Pissa, ils ont refusé. Ça prouve qu’ils sont pour le désordre et non une entente », a fait savoir une source sous couvert d’anonyme.

« Nous devrions respecter l’âme de la défunte. Chose que les deux familles ignorent. Trop de bruits sur une place mortuaire prouvent aux yeux de tout le monde que ce n’est pas une famille unie. Les parents du côté paternel se sont rendus chez son conjoint qui était arrivé de Brazzaville hier pour percevoir 500.000f pour que son homme puisse prendre place aux funérailles de sa femme. Pour la simple raison que son conjoint est musulman », a déploré une connaissance de la défunte.

Il faut aussi signaler que ces cas de bras de fer entre les parents le jour des funérailles sont très fréquents dans la société centrafricaine.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires