RCA: la pêche, l’un des réels potentiels de la relance économique de la ville de Mobaye

0
45
Des pêcheurs de la ville de Mobaye @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Mobaye 1er février 2022—(Ndjoni Sango): La pêche est une activité répandue à Mobaye, et fait partie intégrante des systèmes de production de la ville de Mobaye située à 611km de la capitale centrafricaine. La pratique de la pêche relève d’une forte tradition dans la commune et reste une activité artisanale pratiquée par une grande portion de ladite localité depuis des décennies.

Pratiquée traditionnellement par les populations des quartiers et des villages situés aux bords du fleuve, la pêche est l’un des secteurs productifs de la préfecture de la Basse-Kotto, au centre –est de la République centrafricaine, ville frontalière à la République Démocratique du Congo (RDC).

Toutes les mailles des filets sont utilisées durant toute l’année. Certains pêcheurs utilisent les moustiquaires imprégnés pour capturer les fretins. Autres techniques de pêche pratiquée restent très traditionnelles (pêche à la ligne à l’aide d’hameçon, pêche à la nasse, etc…). Toutefois, le manque d’organisation de ce secteur au niveau local, est un fait avéré, faisant que son développement est jusqu’à présent à l’état embryonnaire.

L’un des pêcheurs de la ville de Mobaye, Brice Zimboro, dévoile les bienfaits et les problèmes rencontrés dans ce secteur : « La pêche est le travail que j’exerce et grâce à elle, j’ai acquis des biens et autres. Le rendement des activités de la pêche dépasse énormément celui des activités champêtres », a-t-il témoigné avant de relever les quelques méfaits de la pêche qui, selon lui, pendant la période de la colonie de pêche qui est une activité saisonnière se pratiquant du mois de décembre en mai au-delà de la sous-préfecture de Mobaye, Kouango et Bangui.

Les pêcheurs se déplacent avec toute la famille, empêchant les enfants en âge scolaire de fréquenter l’école. « Les enfants sont donc utiliser comme la main-d’œuvre pour la pêche. La nuit et le matin ces enfants n’ont pas le temps d’aller à l’école. La colonie de pêche offre l’opportunité aux pêcheurs de faire de l’économie et d’investir dans d’autres choses », a-t-il conclu.

En plus de cet aspect, les pêcheurs de la commune de Mobaye manquent de chambre froide pour conserver les poissons malgré qu’il y ait l’électricité en permanence. A cela s’ajoute la menace fréquente des hippopotames qui déciment les pêcheurs et au courant de l’année 2021, ces animaux ont tué 5 personnes ; et le barrage hydroélectrique sur le fleuve Oubangui.

En Conséquence, les pêcheurs de Mobaye demandent au gouvernement et ONG de les appuyer dans l’amélioration des conditions de leur travail face aux difficultés susmentionnées.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires