RCA: transition démographique, la Banque mondiale s’active pour l’autonomisation des femmes et des filles

0
43
Han Fraeters, représentant résident de la Banque mondiale en Centrafrique @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 16 février 2022—(Ndjoni Sango): Pour renforcer le capital humain, la Banque mondiale s’engage à soutenir d’autonomiser des femmes et des filles pour accélérer la transition démographique, réduire le mariage des enfants, accroître l’accès à la planification familiale, retarder la grossesse à l’âge adulte et réduire la mortalité infantile.

La Banque mondiale a formulé plusieurs recommandations dans leurs derniers cahiers économiques (4ème édition, 2021), afin de renforcer le capital humain et protéger l’avenir tout en stimulant la croissance économique et en améliorant le niveau de vie des populations.

Parmi ces multiples recommandations formulées au gouvernement centrafricain, la Banque mondiale propose l’autonomisation des femmes et des filles pour accélérer la transition démographique en République centrafricaine.

Cet engagement a été réitéré le 11 février 2022 à Bangui, par le représentant résident de la Banque mondiale en Centrafrique, Han Fraeters, dans un cadre d’échange avec les professionnels des médias sur les opportunités, défis et facteurs sur lesquels agir pour renforcer le capital humain, gage d’un avenir durable en RCA, a-t-il précisé.

Dans ce cadre, cette institution de la Banque mondiale a approuvé au mois de juin 2021, un montant de 50 millions de dollars (26 milliards 824 millions FCFA) pour renforcer le capital humain et l’autonomisation  des femmes et des filles en République centrafricaine.

« L’autonomisation des femmes et des filles est un point d’entrée pour renforcer le capital humain au bénéficie de toute la population centrafricaine », a dit le représentant résident de la Banque mondiale en République centrafricaine.

A en croire Han Fraeters, le projet du capital humain vise à améliorer l’accès aux services de santé, de l’éducation ainsi que promouvoir des opportunités d’emploi qui autonomisent les femmes et les adolescents dans les zones ciblées de la République centrafricaine.

En effet, « les études montrent que les mères en meilleure santé, mieux éduqués et plus autonomes, ont des enfants avec de meilleurs résultats en matière de santé, de nutrition et d’éducation. Par ailleurs, en soutenant l’autonomisation des femmes comme une ressource largement inexploitée », a-t-il ajouté.

Depuis la recrudescence de l’insécurité et de tensions politiques, la Banque mondiale concentre son regard sur les populations les plus vulnérables.  Dans leur champ d’action, les femmes et les filles font partie de ceux qui souffrent le plus qui ont, selon lui, par ailleurs, le plus grand potentiel pour devenir le moteur du développement du pays.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires