RCA: quand le dialogue républicain fait éclater la coalition de l’opposition

0
523
Les leaders de l'opposition politique centrafricaine

Par Erick NGABA

Bangui 25 mars 2022— (Ndjoni Sango) : C’est un coup d’éclat qui se dégage dans le camp de l’opposition démocratique avec une vague de démissions, des ping-pong et du retrait. Pour des raisons de participation ou non au dialogue républicain, les partis de la Coalition de l’opposition démocratique (COD2020) se déchirent.

La tenue du dialogue républicain a permis aux Centrafricains d’assister à une scène politique de bas étage à laquelle s’adonne l’opposition dite démocratique. L’on comprend si vite comment fonctionne l’opposition centrafricaine. Cela traduit aussi pour le pays continue de subir la crise politique du fait de petit calcul d’intérêts personnels que certains cherchent à protéger à tout prix.

En effet, l’opposition est divisée dès l’entame du dialogue républicain qui s’est ouvert le 21 mars pour clôturer le 27 du même mois. A la veille de la tenue de ces assises, la coalition de l’opposition qui a pourtant participé, du début jusqu’au jour-j, aux préparatifs à travers ses représentants au comité d’organisation, a annoncé sa non-participation au dialogue. Cet appel au retrait de l’opposition des assises n’a été suivi par certains leaders politiques, membres de la plateforme.

Pendant que d’autres ont boycotté l’ouverture du dialogue, certains ont mieux jugé d’y prendre part. Aussitôt, une discorde s’est installée au sein des partis de l’opposition. Des communiqués de suspension, de démission au poste de responsivité, du retrait des partis et leaders ont commencé à se faire enregistrer dans la journée du 23 mars. Ceci à seulement deux jours du début des travaux du dialogue dit républicain qui se poursuivent avec les débats en plénière des commissions.

Nombreux sont des partis politiques de l’opposition qui suspendent et radient leurs représentants qui ont décidé de siéger au dialogue national. Ceux militaires et représentants de ces partis, en désaccord avec les leaders, ont décidé eux-mêmes de démissionner de leur parti politique.

En tout cas, la tenue du dialogue républicain a permis aux Centrafricains d’analyser et de découvrir comment les partis politiques fonctionnent. Dans les rues de Bangui, des commentaires se font pour fustiger le comportement des leaders politiques, pour des intérêts personnels, ne se montrent pas exemplaires. Tout ceci traduit comment la politique en Centrafrique, de par le comportement des acteurs politiques, attise la division et ébranle la cohésion nationale.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires