RCA: grogne du personnel des six sociétés d’Etat supprimées par le parlement

1
142
Grève du personne des sociétés supprimées devant le parlement @crédit photo Kizer Maidou

Par Kizer MAÏDOU                                                                                                     

Bangui 14 Avril 2022—(Ndjoni Sango) : Grogne le jeudi 14 avril du personnel des six sociétés d’Etat dont l’assemblée nationale centrafricaine avait voté la suppression lors de la 3ème session ordinaire 2021. Le personnel des six sociétés étatiques monte au créneau pour dénoncer la lenteur dû au payement de leurs droits légaux et arriérés de salaires.

Au titre de rappel, le 26 aout 2021, les élus de la nation ont adopté avec 92 voix les lois de suppressions de différentes sociétés publiques pour répondre aux recommandations du Fonds Monétaire International (FMI). Car pour les partenaires financiers, ces six sociétés sont non rentables à l’Etat Centrafricain, mais consomment par contre le budget de l’Etat.

Huit mois après la suppression de ces sociétés publiques, le personnel monte au créneau pour revendiquer leurs droits légaux, ceci après plusieurs tentatives sans suite pour rencontrer le responsable en charge de la commission finance de l’assemblée nationale. Face à l’indisponibilité du président de la commission finance, la rencontre de plaidoyer est reportée pour le vendredi 15 avec ce dernier:

« Au jour d’aujourd’hui les 6 établissements dissous ont perdu totalement de repères par ce qu’ils n’ont pas un interlocuteur. C’est comme ça que nous avons pris rendez-vous avec le président de la commission finances de l’Assemblée Nationale pour s’enquérir de plus humble information concernant le payement des droits légaux et arriérés de salaires. Nous n’avons pas eu l’opportunité de rencontrer le président qui est empêcher, et donc le rendez-vous est pris demain à 9 heures pour une communication », a expliqué Maximin Serge Ngatemale-Nguell, président du collectif des 6 sociétés étatiques dissoutes.

A compter de ce jour, il n’est nullement question de passer à une autre étape supérieure. Le personnel de ces établissements publics supprimés souhaite tout simplement que les décideurs de cette initiative puissent assumer leur responsabilité :

« Nous sommes dans le légalisme. Nous ne voulons pas au jour d’aujourd’hui parler de quoi que ce soit. Nous pensons que les autorités qui ont pris l’initiative de pouvoir supprimer ces 6 établissements assumeront leurs responsabilités en effectuant le payement des droits légaux et arriérés de salaire. Et donc, pour nous, il n’est nullement question de prétendre à quoi que ce soit », a-t-il ajouté

Les six sociétés étatiques supprimées à travers les différentes lois votées par les élus de la nation, sont entre autres l’Agence de Régulation du Secteur d’Electricité (ARSEC) ; Agence de Stabilisation et de Régulation des produits Pétrolier (ASRP) et Fond National de l’environnement (FNE).

1 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Astinger
Astinger
7 mois il y a

L’Etat supprime les Société à cause du FMI.
Après ce même FMI envoie ses agents récupérés les mêmes entreprises. Il faut chercher à améliorer les Sociétés d’Etat au lieu de les liquider à cause du FMI, Organisation criminelle qui cherche à appauvrir l’Afrique