RCA: poursuite de grève du personnel des sociétés d’Etat supprimées

0
126
Grève du personnel de six sociétés publiques supprimées deavnt le parlement @crédit photo Kizer Maidou

Par Kizer MAÏDOU                                                                                                   

Bangui 21 Avril 2022—(Ndjoni Sango) : Le personnel des six sociétés d’Etat supprimées par le parlement monte, à la vitesse supérieure. Après avoir suivi les démarches du payement de ses droits légaux sans avoir gain de cause, il a décidé de manifester depuis mercredi 20 avril devant l’Assemblée Nationale.

Décidemment, les manifestants veulent aller jusqu’au bout de cette affaire. Ils sont rentrés dans une position de manifestation sans délais depuis ce jour. Pour eux, l’assemblée nationale joue au petit malin, car normalement, ils devraient être reçus le vendredi 15 avril par le président de la commission finance du parlement qui s’est toujours montré indisponible.

« On nous a promis que nos droits légaux devraient être payés depuis le mois de Janvier, mais, jusqu’aujourd’hui, rien n’est fait. Nous allons de promesse en promesse. Pire encore aujourd’hui, on devrait être reçu par le président de la commission finance pour une précision en ce qui concerne le payement d’une partie de nos droits légaux. Malheureusement, nous avons été humiliés. Depuis 7 heures, rien n’a été fait. Cela veut dire que nous sommes dans un flou total, nous somme dans un droit avisé de manifester notre mécontentement vis-à-vis vis des élus du peuples qui se sont portés garants de la loi de suppression de ces six entités », s’indigne Maximin Serge Ngatemale-Nguell président du collectif des 6 sociétés étatiques dissoutes.

Les élus de la nation ont adopté avec 92 voix, , lors de la 3ème session ordinaire le 26 aout 2021, les lois de suppression de six sociétés publiques. Une suppression au souhait des partenaires dont le Fonds Monétaire International (FMI) qui pensent que ces six établissements ne sont pas rentables à l’Etat Centrafricain.

Envoyé au chômage, le personnel ne tient plus les deux boues. La scolarité de leurs enfants, le loyer, et la situation sociale sont de plus en plus préoccupantes pour ce personnel, du fait de la lenteur dans le payement des droits légaux.

« Ventre affamé n’à point d’oreille, ça veux dire que cette grève qu’on déclenche aujourd’hui, nous sommes déjà classés hors hiérarchie. Ça veux dire Ex ASRP, Ex ARSEC Ex-Ex ça veux dire que nous n’avons plus de statut donc nous n’avons pas à saisir quoique ce soit pour manifester notre mécontentement. Nous allons manifester jusqu’à ce que nous ayons satisfaction », a t’il ajouté.

Notons que ses six sociétés étatiques supprimées sont  l’Agence de Régularisation du Secteur d’Electricité en Centrafrique (ARSEC) ; Agence de Stabilisation et de Régulation des produits Pétrolier (ASRP), Fond National de l’environnement (FNE), le Compte d’Affectation Spéciale du Développement Touristique et Artisanal CAS-DT, Le Fond de Développement Minier FDAP, Le Fond de Développement Agro-pastoral (FAD).

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires