RCA: l’ex ministre Dounda condamné à 10 ans des travaux forcés avec une amende de 3 millions de francs CFA

0
164
Le condamné Régis Dounda, ancien ministre de la jeunesse et des sports @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 4 mai 2022—(Ndjoni Sango): L’ex ministre de promotion de la jeunesse et des sports, Lionel Régis Privat Dounda est condamné à une peine de 10 ans des travaux forcés et 3 millions d’amende par la cour d’appel de Bangui pour détournement des derniers publics d’un montant de 51 millions de francs CFA, selon la cour lors d’un procès de ce mercredi 4 mai en marge de la session criminelle  en cours.

Après des heures de débats contradictoires entre le ministère public et les avocats de l’inculpé Lionel Régis Privat Dounda sur un supposé cas de détournement des derniers publics de 51 millions de francs CFA révélé dans un rapport rédigé par l’inspection générale d’Etat, l’ancien ministre est condamné par la cour pour les faits qui lui sont reprochés.

Dans cette audience, le ministre public, dans son réquisitoire requiert 15 ans  des travaux forcés et une amende de  6 millions de francs CFA à verser à l’Etat centrafricain.

La plaidoirie des trois conseillers de l’inculpé n’a pas été entendue par la cour qui a finalement prononcé un verdict en défaveur de l’ancien ministre : « La  Cour condamne monsieur Lionel Régis Privat Dounda à 10 ans des travaux forcés et 3 millions d’amende et notre cour informe l’accusé qu’il dispose temps pour se pourvoir en cassation », a déclaré Léon Laou, président de la cour.

Ce réquisitoire est rejeté en bloc par la défense qui demande à ce que leur client soit acquitté parce que selon les conseillers de l’accusé, toutes les infractions reprochées à leur client sont fausses et montées de toutes pièces par ces proches collaborateurs Daniel Arsène Guerepayo et Daniel Nzewe.

Cette condamnation n’est pas appréciée par la défense qui ne cache leur indignation devant une telle décision: « Je pense que la décision de la cour criminelle de ce jour ne nous satisfait pas du tout.  Le dossier est purement vide et monté de toutes pièces pour que mon client soit en prison. Je vous informe  que nous allons pourvoir la cour de cassation au vue de pièces qui sont versées au dossier. Deux contrats, deux notifications de procès-verbal du conseil des ministres, le faux et le vrai, on ne peut pas continuer comme ça. C’est notre pays à tous et c’est un pays de droit », a clamé Me Jean Pierre Madoukou, l’un des avocats de l’accusé.

Les trois infractions reprochées à l’ancien ministre sont notamment, détournement des derniers publics, la contrefaçon des sceaux de l’Etat et faux en écriture publique pour la location d’une parcelle de l’ONASPORT à la société pétrolière Bocom.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires