RCA: et si l’opposition comprenait la vision du président Touadera?

0
75
classe-politique-ndjoni-sango-centrafrique
Le président Touadera salue les leaders de l'opposition

Par FofitoMattas

Bangui 12 mai 2022—(Ndjoni Sango) : Dans un pays normal on distingue deux grandes classes politiciennes à savoir la majorité présidentielle et l’opposition démocratique. En dehors de ces deux catégories, nous avons aussi la société civile. Or mis leur idéologie politique, ces entités ont une vision unique à savoir contribuer à la construction et au développement du pays. Qu’en est-il de la Centrafrique ?

La République centrafricaine est l’un des pays de la sous-région qui est plus secouée par les conflits militaro-politiques causés par les assoiffés du pouvoir et la quête effrénée du fauteuil présidentiel.

Pour sauver le pays des merveilles devant l’avancée des forces négatives de la CPC, le régime de Bangui a jugé mieux de faire appel tous les partenaires de la République centrafricaine  pour venir en aide à ce pays sombré dans la violence.

Mais seuls la fédération de Russie et le Rwanda qui sont des aillés sûr ont répondu à l’appel des autorités centrafricain pour sauver la démocratie et restaurer non seulement la paix et la sécurité dans le pays mais aussi de protéger les institutions républicaines.

Malheureusement, ce courage et cette vision du chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra ne sont pas appréciée par la classe politique de l’opposition. Le dirigeant centrafricain a aussi tendu la main aux groupes armés pour la cessation des hostilités.

Certains de ces troupes rebelles ont accepté cette politique de main tendue à l’exemple des opérations de désarmement volontaire et leur entrer dans le programme de Désarmement Démobilisation Réinsertion et le Rapatriement (DDRR), tandis que d’autres ont choisi la voie des armes à travers la CPC.

Normalement, une opposition qui se dit démocratique doit appuyer le président de la République en ce moment crucial pour faire face aux ennemis de la paix en Centrafrique.

Or ceux-ci ont plutôt soutenir la rébellion de CPC de leur leader Bozizé que soutenir la paix prônée par le président Touadéra. Car, lorsque Bozizé déclenchait sa rébellion de CPC, il était le président en exercice de l’opposition démocratique COD2020. Ce qui prouve à suffisance que tous les leaders de cette plate-forme politique ont quelques choses d’une manière ou d’une autre à voir avec Bozizé et la CPC.

Dans la logique des choses, les pseudo-opposants devraient faire de la paix leur cheval de bataille, mais malheureusement c’est le contraire. Ils devraient s’aligner derrière un projet de société qui profite au développement de la RCA même s’ils n’apprécient pas l’idéologie du président mais ils doivent avoir la même vision que lui.

A y voir de prêt, la manipulation des jeunes à des fins politiques, le boycotte lors du dialogue républicain qui s’est tenu à Bangui du 21 au 27 mars et qui devrait être un moment crucial pour traiter les maux qui gangrènent la société centrafricaine, prouvent à suffisance que ces derniers ont un agenda caché que l’intérêt du peuple centrafricain.

Avec cette allure, peut-on s’attendre à une Centrafrique émancipée ? Être opposant ne veut pas dire qu’on doit tout refuser même si cela profite au pays ?

L’opposition est censée  apporter sa modeste contribution pour le bien être du pays et non faire le bras de fer aux différents projets de développement établi par les autorités aux affaires du pays.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires