RCA: « Pour entretenir la ville de Bangui, il faut 10 millions de FCFA par jour », le Maire Emile Nakombo

0
301
Emile Gros Raymond Nakombo, maire de Bangui @crédit photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 14 mai 2022— (Ndjoni Sango): Pour que la ville de Bangui soit quotidiennement entretenue comme il se doit, il faut à la mairie de Bangui beaucoup de moyens financiers. Comme l’a fait savoir le Maire de Bangui, Emile Gros Raymond Nakombo, au cours de sa conférence de presse tenue le vendredi dernier, il faut 10 millions de FCFA par jour, alors que les recettes que génère la municipalité tourne autour d’un million.

Le président de la délégation spéciale de la ville de Bangui balaie d’un revers de main, toutes les accusations jugées infondées qui sont portées à son égard. Le ramassage des ordures qui inondent les arrondissements de Bangui, la gestion de la municipalité, la construction et l’installation des kiosques aux abords des rues de la capitale sont des sujets pour lequel le maire de Bangui était sous le feu de critique des députés lors de l’interpellation du ministre de l’administration du territoire au parlement.

Face à la presse le vendredi dernier, Emile Gros Raymond Nakombo, a étayé la lanterne de la population qui ignore le fonctionnement de la mairie centrafricaine.

« Pour arriver à assainir tous les arrondissements, il faut 10 millions de FCFA par jour à la Mairie. Or, les recettes par jour de la mairie de Bangui font 1 million de FCFA. Je pense que la population devrait appuyer la municipalité en payant des taxes, comme on paie l’eau et l’électricité. Dans toutes les villes, c’est comme ça que cela se fait. Donc, j’en appelle à tous ceux qui pense que nous ne faisons rien de vraiment nous accompagner en commençant par la presse sur cette question d’enlèvement des ordures », a-t-il expliqué.

Le maire de Bangui a estimé que la collecte des ordures dans les arrondissements de la ville de Bangui, est une question tripartite qui concerne son institution en premier lieu, la population et le gouvernement.

« Si parfois on cite l’exemple du Rwanda, c’est par ce que dans ce pays la population elle-même s’appuie parfois dans les travaux communautaires sans que l’Etat n’intervienne. Ici, on dit que je suis un mauvais maire. Je suis un mauvais maire parce que la population ne m’appuie pas dans l’entretien de la ville », a-t-il renchérit.

« La mairie de Bangui surplombe toutes les mairies subsahariennes »

En enlevant les incompréhensions sur la gestion de l’institution dont ignore la population qui accuse, Emile Gros Raymond Nakombo vente les prouesses de la mairie de Bangui. Dépourvue de moyens adéquats pour venir à bout de sa mission régalienne sans l’appui du gouvernement, la mairie de Bangui est en première ligne de celles des pays de l’Afrique subsaharienne.

« Sur la question de conduite de la mairie en tant que gestion, je vous cite toutes les prouesses qui devraient vous faire plaisir. La mairie de Bangui est en première ligne sur le plan énergétique. Elle surplombe toutes les mairies subsahariennes africaines. Sur des questions de santé, également, nous sommes sur le premier plan. Nous continuons à faire de telle sorte que la mairie de Bangui ait son schéma directeur », a-t-il expliqué.

Lors de l’interpellation du ministre de tutelle au parlement, les députés ont évoqué la mise en place d’une commission d’enquête en vue de faire un audit sur la gestion de la mairie de Bangui. Cela n’inquiète en rien le maire Emile Gros Raymond Nakombo qui affirme avoir sollicité plusieurs audits pour faire la lumière sur les nombreuses accusations de mauvaise gestion portées contre lui.

« Sur la question d’audit, c’est moi qui est demandé l’audit parlementaire. Et tous les audites de la mairie de Bangui, c’est moi qui les ai sollicités. De l’inspection générale des finances, de l’inspection générale d’Etat, la cour des comptes et surtout l’audit des pairs qui est craint par toutes les mairies du monde, et qui est arrivé à Bangui pour auditer les comptes de la mairie de Bangui, rien n’est reproché au maire à la fin. Aucun détournement. D’ailleurs, on nous a plébiscité parce que nous sommes un pays post-conflit, mais sur beaucoup de plans, la mairie de Bangui visible à travers les mairies d’Afrique et du monde. Nous avons été félicités par l’AMF lors des congrès. Pour cela, nous voulons que notre population nous accompagne », a-t-il ajouté.

Il ressort de la conférence de presse du maire de Bangui, qu’il y a un souci de communication sur le fonctionnement l’institution et sa gestion. C’est ce que reconnait Emile Gros Raymond Nakombo qui décide désormais de communiquer plus sur les actions et les difficultés de l’institution, à la population afin d’éviter les incompréhensions. 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires