RCA: quand un casque bleu mauritanien abuse d’une femme à Bambari et l’abandonne avec un enfant

0
161
Des Casques bleus de la Minusca avec une femme et son enfant dans un village de la Centrafrique,

Par Basta Balouwa

Bangui 23 mai 2022 (Ndjoni Sango): Il ne passe pas un seul jour que l’on enregistre les bavures des casques bleus de la Minusca. Cette fois-ci, c’est un casque bleu mauritanien de la Minusca qui a abusé sexuellement d’une jeune femme et l’abandonne avec son enfant. Cet acte a provoqué la colère de la victime, Nadège Déborah TILAPOU, a déposé une plainte contre la Minusca pour l’abandon de son enfant.

Cette affaire concerne la nommée Nadège Déborah TILAPOU qui serait la fille du chef de quartier PK3 (Ndokoyo) où un soldat mauritanien de la Minusca l’a enceinté et pris la fuite en abandonnant la pauvre dame et l’enfant dans des conditions déplorables.

Selon cette femme laissée pour compte, « en 2018 le nommé Hibraim qui est l’un des militaires basés à Bambari était venu voir mon père pour me marier. Après nos relations sexuelles, j’étais tombée enceinte et cet homme m’avait remis 50000 fcfa pour que je puisse faire un avortement. Mais ma maman était contre. Un mois plus tard Hibrahim était rentré en Mauritanie. Du coup, j’étais abandonnée à mon triste sort. », a-t-elle expliqué dans sa plainte.

Autrement dit, ce casque bleu de la Minusca s’était officiellement présenté aux parents de la fille, argumentant qu’il va l’épouser et l’amener chez lui en Mauritanie. Après avoir commis le forfait, a été rappelé dans son pays, abandonnant ainsi la pauvre femme qui n’avait qu’un mois de grossesse.

N’ayant pas suivi les dispositions prénatales, la femme a fini par accoucher l’enfant qui est de sexe féminin dans des conditions précaires dont l’UNICEF-Bambari a intervenu pour sauver la situation.

Une source proche de la victime a fait savoir que depuis ce temps, ce sont les autres casques bleus du contingent mauritanien qui maitrisent bien ce dossier qui cherchent a étouffé cette affaire en apportant quotidiennement une aide alimentaire qui se résume à une tasse de lait et un plat de repas par jour à cet enfant.

Ce qui pousse cette femme qui s’inquiète de l’avenir de son enfant, à saisir la justice pour réclamer la prise en charge de la scolarité de cet enfant jusqu’à l’âge de 20 ans ;   l’allocation alimentaire ; le loyer ; et dédommagement de la maman par la MINUSCA.

« Le colonel Sidik leur chef m’avait promis la prise en charge totale de l’enfant, mais malheureusement ce n’est pas le cas jusqu’à ce jour. Et craignant l’avenir de cet enfant, je réclame à la Minusca l’alimentation de cet enfant, sa scolarité, la construction et/ou un logement pouvant aider cet enfant quand elle sera grande. Car jusqu’à ce jour les contingents mauritaniens n’ont pas encore manifesté la bonne volonté de s’occuper de cet enfant. Pour finir, un dommage intérêt pour les préjudices que j’ai subi. », a réclamé la jeune mère, Nadège Déborah TILAPOU.

Pour l’instant, la brigade de gendarmerie territoriale de Bambari a transmis le dossier au tribunal de grande instance de Bambari pour toute fin utile.

L’on constate que certains casques bleus de la Minusca ont failli à leur mission en adoptant des comportements contraires à leur mandat. Les responsables onusiens doivent saisir de ce dossier pour mettre de l’ordre dans cette institution.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires