RCA: quand le récidiviste franco-camerounais Remy NGONO s’en prend au président centrafricain

0
330
le journaliste Rémy Ngono de RFI

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 17 Juin 2022—(Ndjoni Sango): Le sulfureux chroniqueur sportif de l’émission radio foot internationale de RFI, Rémy Ngono, qui faisait la prison au Cameroun son pays d’origine en 2003 pour diffamation, se retrouvant aujourd’hui en Europe, se permet d’injurier ouvertement les autorités centrafricaines dont le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadera, sur les réseaux sociaux. Ses outrages à l’égard de président centrafricain, lui ont couté et sa complice Sabine Hortense Ntsama, une poursuite judiciaire lancée par le tribunal correctionnel de Bangui.

La justice centrafricaine lance une poursuite judiciaire contre Remy Ngono et Sabine Hortense Ntsama, deux sujets d’origine camerounaise respectivement en France et au Canada, qui brillent dans des « lives » et publications tendancieuses et ciblées sur les réseaux sociaux contre les autorités africaines qui ne servent pas les intérêts de l’occident.

C’est le cas du président centrafricain, Faustin Archange Touadera, considéré aujourd’hui sur le continent africain comme étant un président panafricain model pour la libération totale de l’Afrique du néo-impérialisme occidental. Il est devenu, ces derniers temps, la cible des élucubrations de ces deux guignols des réseaux sociaux précités à la solde du néocolonialisme français.

En effet, le sulfureux Remy Ngono dans ses délires sur les réseaux, a déclaré que le président centrafricain est le parrain d’une mafia établie par des feemans camerounais digne de Cosa nostra. Dans son affirmation vraisemblablement gratuite, il déclare que Faustin Archange Touadera utilise sa position du chef de l’Etat pour protéger les criminels internationaux.

Quant à Sabine Hortense Ntsama du Canada, c’est l’affaire Liyeplimal de l’homme d’affaire camerounais, Parfait Simb, éclatée au Cameroun, qui devient un sujet d’attaque ciblée contre le président centrafricain, présenté comme complice.

En quoi, le chef de l’Etat centrafricain est-il complice dans cette affaire exclusivement camerounaise? Son lien avec l’homme d’affaire camerounais Parfait Simb est-il une complicité dans cette affaire au Cameroun ? Mais pourquoi s’en prendre ouvertement à une personnalité, pas la moindre, sans une preuve matérielle ?

En tout cas, il y a bien l’anguille sous roche. Tout semble être une manipulation, une campagne d’acharnement téléguidées contre Faustin Archange Touadera qui, contre vent et marré, se bat pour sortir son pays du joug de la pauvreté et de l’instabilité chronique établi depuis la nuit des temps par la puissance colonisatrice.

Vue la gravité de cette offense, la diffamation et injures à l’égard du président centrafricain qui incarne l’image toute une nation, le tribunal correctionnel de Bangui a lancé une poursuite judiciaire contre ces deux guignols de l’Elysée qui a toujours jugé finir avec le régime de Touadera par tous les moyens. De toute manière, tout finira par se savoir. Car, la lumière jaillira. Affaire à suivre.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires