RCA: l’aigreur et la jalousie des opposants véreux contre les personnalités nommées au comité de suivi du dialogue républicain

0
140
Faustin Archange Touadera au cours d'un point de presse au salon d'honneur de l'aéroport de Bangui

Par Basta Balouwa

Bangui 2 août 2022—(Ndjoni Sango): Le chef de l’état centrafricain professeur Faustin Archange Touadéra a signé le 1er août 2022, le décret portant nomination de plusieurs personnalités tant de l’opposition que de la société civile au Comité de Suivi du Dialogue Républicain. Dès la lecture de ce décret présidentiel, les opposants véreux, connus pour être des ennemis de la nation, ont piqué une crise de jalousie et de l’aigreur en s’attaquant à la personne des personnalités nouvellement élues qui ont choisi être du bon côté de l’histoire.

En effet, plusieurs personnalités lucides de la société civile et de l’opposition ayant le sens du patriotisme, ont choisi le camp de la République que des fossoyeurs tels que le clan d’Anicet George Dologuélé, Martin Ziguélé, Crépin Mboli-Goumba, Abdoul Karim Meckassoua, François Bozizé et les membres de G-16 à la solde de la France pour freiner l’élan du développement économique et social de la République centrafricaine.

Ces personnalités sont d’abord, l’ancien Premier Ministre, Jean Edouard Koyambounou, cadre et membre fondateur du parti politique Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) est nommé Coordonnateur du comité de suivi du dialogue républicain avec rang et prérogatives du Ministre d’Etat à la Présidence de la République.

Ensuite, Benjamin Kaigama, cadre et vice-président du Parti Africain pour la Transformation Radicale et l’Intégration des Etats (PATRIE) est quant à lui nommé Rapporteur Général du Comité de Suivi du Dialogue Républicain avec rang et prérogatives Ministre délégué à la Présidence de la République.

Enfin, les personnalités dont les noms suivent: M. To-Sam Be-Nza Augustin et Mme Lamine Annette Ernestine (pouvoir public); M. Akoloza Thierry Patrick (majorité présidentielle) ; M. Douada Prospère (opposition démocratique) ; M. Mbolobé Julie (partis centristes) ; Mme Modanga Yvette (organisation féminine) ; M. Zoumale Wilfried Géraud (conseil national de la jeunesse) ; M. Mamadou Ramady (confession religieuse) et M. Lakosso Kokpale Gervais (société civile) sont nommés membres du comité de suivi du dialogue républicain avec rang et prérogatives de Conseiller Spéciaux à la Présidence de la République.

La nomination de ces personnalités politiques et de la société civile au comité de suivi contribue énormément à l’équilibre de la gestion du pouvoir dans l’intérêt général des centrafricains et non pour des intérêts personnels et égoïste comme les autres leaders de l’opposition sont à la recherche.

Leur mission est d’accompagner et d’aider le président de la République à mettre en œuvre les recommandations du dialogue républicain pour le bien-être du peuple centrafricain en se basant sur ces recommandations ayant permis de diagnostiquer les maux qui gangrènent la RCA.

Il faut noter que ces membres du comité sont nommés par le président de la République sur proposition de leur base respective sans aucun compromis. Ce comité de suivi n’est pas un organe politique et n’a aucun rôle dans la révision de la constitution comme le pensent leurs détracteurs. Car, ce sont des hommes intègres qui ont fait leur preuve dans ce pays. C’est pourquoi, ce comité représentatif bénéficiera de leur expérience et leur savoir-faire pour faire avancer les choses.

A y voir dans la réaction des leaders de l’opposition et de l’association G-16, qui qualifient les membres du comité de suivi du dialogue républicain de traitres et de manipulés, il y a de la jalousie, de la haine.

Cela traduit plutôt l’attitude de apprentis sorciers de l’opposition qui se disent défenseurs des valeurs démocratiques mais qui s’opposent aveuglement à l’expression de la démocratie.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires