RCA: pourquoi pas une mobilisation des forces vives pour faire avancer le pays?

0
185
Centrafrique-leaders-politiques-Ndjoni-Sango
Les leaders de l'opposition politique avec le président Faustin Archange Touadera

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 17 août 2022—(Ndjoni Sango) : Pourquoi depuis 4 décennies, le Centrafrique ne fait que reculer ? Cette question fondamentale mérite d’être posée par chaque citoyen lambda ainsi que ceux qui ont eu l’opportunité de gouverner et qui gouverneront plus tard. S’il faut tirer les leçons des fâcheuses expériences politiques qui ont émaillées notre cher beau pays depuis des années, nous pensons qu’il est temps que tous se ressaisissent.

Les mutineries de 96-98 précédées des trois années blanches, suivi de la rébellion de 2001 à 2003 suite à un coup d’Etat manqué contre le feu président Ange Felix Patassé, la rébellion de Séléka qui ont pris le pouvoir le 23 mars 2013 etc…, nous devrions tirées des leçons qui s’imposent.

Au plan économique, social, politique et sécuritaire, qu’est-ce que le peuple a pu tirer comme avantage ? Si ce n’est que désolation dans les familles, deuil national, tortures, pillages, viols, incendies des villages.

Pour certains diaboliques, ils se réjouissent de cet état de chose comme quoi, le malheur des uns fait le bonheur des autres. C’est-à-dire aussi qu’il est bon de pêcher en eau potable.

Malheureusement, au bout de compte, il nous semble que personne n’est épargnée. Et nous préférions vivre sous la dépendance de l’aide extérieure, protégés par des étrangers comme si notre armée n’existe pas.

C’est une étape d’humiliation que nous avions tous vécu dans ce pays. Depuis l’accession du président Faustin Archange Touadera au pouvoir, des efforts considérables sont déployés afin que nous retrouvions une paix durable et définitive.

Cependant, il y’a certaines catégories de compatriotes qui n’entendent pas de cette oreille. D’où, nécessité de mettre en place un collège des diablotins qui suivent à la loupe toutes les actions gouvernementales pour saper tous les avantages qui adviendraient.

C’est pourquoi, depuis le forum de Bangui de 2015, l’accord politique de Khartoum, le dialogue républicain ainsi que d’autres rencontres placées sous l’égide de l’Union Africaine (Addis Abeba), St Edidio en Italie (Rome) etc… la RCA patauge encore dans la boue. La politique de chaise vide entretenue par les hommes politiques en Centrafrique occasionne tous les malheurs qui s’abattent sur ce pays.

Et pire encore, une frange de la population, principalement, la jeunesse joue un rôle complice et comploteur dans les localités respectives où se trouvent les rebelles. Ils jouent le rôle d’éclaireur, de traître, d’agent de renseignement et voire même de manager auprès de ces derniers. Certains chefs de village et autres catégories de notables municipales, sont d’intelligence avec ces groupes armés.

La preuve en est que, les Forces armées centrafricaines (FACA) tombent souvent dans des embuscades des ennemis de la paix avec la complicité des compatriotes parce qu’ils trouvent leurs comptes dans cette situation.

En ce moment où c’est la guérilla qui est le mode opératoire de ces mercenaires, certains jeunes dans les zones occupées, s’enrichissent allègrement par le vol des bœufs en massacrant les peulhs, en exploitant les gisements miniers, en pillant les humanitaires. Et enfin de compte, pas d’activités agropastorales  et la famine s’installe.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires