RCA: la croissance économique, l’un des piliers du développement

0
44
bangui-ndjoni-sango-centrafrique
Une vue du centre ville de Bangui le jour de noël décembre 2020 @crédit photo Erick Ngaba

Par Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 22 août 2022—(Ndjoni Sango) : L’essor d’un pays ne passe pas seulement par l’exploitation des ressources naturelles, mais aussi par les différents projets de développement dans divers domaines d’activités économiques. Cette option qui fait développer d’avantages certains pays, semble ne pas être prise en compte en RCA qui continue de miser sur les mêmes secteurs d’activités.

L’essor économique d’un pays ne se repose pas seulement sur les épaules d’un seul individu ni par l’aide d’une baguette magique, ni par un seul agrégat économique. Celui-ci ne dépend pas de sa superficie, ni de sa supériorité démographique, mais plutôt sur ce que chacun doit contribuer à sa manière pour offrir pour la génération future.

Pour parler du développement économique de la Centrafrique, il va falloir tout d’abord identifier les acteurs économiques de chaque secteur que ça soit le secteur informel et celui de l’entreprenariat.

En République centrafricaine, le secteur entrepreneurial, l’agropastoral, la chasse, la pêche, et le secteur informel avec les détenteurs des petites et moyennes entreprises et ceux qui exercent les activités génératrices de revenus, restent encore des secteurs très fragiles qui nécessitent d’être boostées d’avantages.

Pour joindre l’utile à l’agréable, il serait mieux et souhaitable que nos dirigeants fixent un peu leur regard sur ces acteurs économiques en boostant ces zones d’activités qui peuvent apporter leur contribution à l’avancement du pays.

L’autre aspect qu’il faut aussi souligner est celui du climat des affaires, qui a horreur des crises militaro-politiques qui sont à l’origine de fracture économique en Centrafrique. D’après un dicton « L’argent n’aime pas les bruits », cela veut dire que les bruits de bottes jouent défavorablement sur l’économie d’un pays et font fuir les partenaires qui désirent investir en injectant de l’argent dans l’économie. Avec la stabilité qu’a retrouvé la République centrafricaine, on constate que plusieurs bailleurs financiers commencent à frapper à la porte de la RCA.

Cette politique du gouvernement centrafricain avec l’ouverture des portes aux partenaires financiers dans un partenariat gagnant-gagnant semble être un indice pour relever l’économie. Aujourd’hui, on assiste à la mise en œuvre des plusieurs projets d’investissements quel que soit dans la construction des infrastructures, des écoles et des hôpitaux dans la capitale qu’en provinces.

Par ailleurs, dans ce combat du relèvement économique dans le contexte difficile, l’administration fiscale doit également veiller à la collecte des recettes fiscales qui couvrent une majeure partie des dépenses régaliennes de l’Etat.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires