RCA: guéguerre autour de la révision constitutionnelle entre le pouvoir et l’opposition

0
41
Marche à Bangui en faveur d'un référendum constitutionnel en août 2022 @crédit photo Prince Nzapaoko

Par Mamadou NGAINAM           

Bangui 2 septembre 2022—(Ndjoni Sango) : Marche de soutien pour une constitution du côté du pouvoir en place, meeting de l’opposition démocratique pour faire obstacle à ce projet en cours. Après cette grande mobilisation de la population tant à Bangui qu’à l’intérieur du pays, le président de la République a mis en place un comité composé de 53 personnes qui a pour mission d’élaborer et de proposer, la nouvelle loi mère tant souhaitée par les uns.

Si la majorité au pouvoir tient mordicus à l’aboutissement de ce projet, de l’autre côté, les opposants affûtent leurs armes afin de convaincre l’opinion nationale à ne pas s’adhérer à un tel projet susceptible de créer de nouvelles conditions de troubles dans le pays. Mais entretemps, certains opposants, à savoir le député Joseph Bendounga, le président du Patrie, Crépin Mboli-Goumba, ont donné le temps en introduisant différemment deux requêtes auprès de la Cour Constitutionnelle pour donner leurs avis.

La chose n’étant pas encore clarifiée de manière définitive, capte l’attention de tout le monde à ce sujet. Puisqu’il faut laisser le temps aux temps, un jour la Cour Constitutionnelle s’y prononcera de manière ferme.

Entretemps, la population qui se trouve au milieu de ce jeu politique au lendemain encore incertaine suit de près l’évolution de la chose. Cependant, la guerre médiatique s’intensifie du jour au jour avec les démonstrations des arguments juridiques, politiques etc….

Devant le président de la République, il fait face à trois défis majeurs et temps court s’il s’avèrerait que le référendum aura bel et bien lieu. Le premier défi, est toujours et demeure celui de la sécurité puisque le pays est toujours sous menace des groupes armés quand bien-même que les Forces armées centrafricaines (FACA), poursuivent leurs avancées sur le terrain.

Le second défi est celui de gérer le social avec la majoration des émoluments des fonctionnaires et agents de l’Etat pour revendiquer une revendication dans la rue susceptible de constituer un obstacle à surmonter en cette période très sensible.

Et enfin, au plan diplomatique qui est lié à la question des finances, une telle bataille diplomatique bien en cours pourra ouvrir les portes d’aides budgétaires et d’investissements afin d’éviter que la RCA se retrouve à la croisée des chemins, bloquée financièrement et se trouvant face à un dilemme pour l’organisation du référendum d’autant plus que le processus aura des effets financiers conséquents.

Si d’ici là, ces défis sont relevés, nous osons croire que le chemin sera bien déblayé avant le jour fatidique et les conséquences minimisées politiquement.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires