RCA: qu’en est-il de la situation des sinistrés dans les écoles à l’approche de la rentrée scolaire?

0
34
Vue d'une salle de classe de l'école Kina dans le 3è arrondissement de Bangui @crédit photo Prince Nzapaoko

Par Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 15 septembre 2022—(Ndjoni Sango) : A 10 jours de la rentrée académique, les établissements scolaires sont encore occupés par les victimes des inondations du 21 au 22 juillet 2022 dont les maisons d’habitations ont été détruites par cette catastrophe naturelle. A l’exemple des autres sites sillonnés, l’école Kina fait partie des sites dont la situation des sinistrés est à déplorer.

Le site des déplacés de l’école Kina situé dans le 3ème arrondissement, est l’un des écoles qui hébergent les victimes des inondations venues des quartiers Gbatouri Fatima et ses environs.

Cette population sinistre éprouve des difficultés de prise en charge sanitaire, manque de denrées alimentaires et autres moyens de subsistances nécessaires qui devraient leurs permettre de quitter les lieux et laisser la place à leurs enfants de reprendre le chemin de l’école.

Selon les constats faits, bon nombre de ses salles de classe sont encore occupées par ses victimes qui n’ont pas encore trouvé un autre centre d’accueil et attendent l’appui du gouvernement et des autres partenaires qui s’occupent des prises en charge des populations victimes des catastrophes naturelles.

Les personnes vivants dans ces établissements scolaires sont prêts à libérer les lieux si et seulement les autorités centrafricaines puissent dépêcher un programme afin de permettre aux élèves de reprendre le chemin de l’école.

« Il y’a de cela 2 mois que nous occupons cette école contre notre volonté. Et depuis lors, il y’a seulement les contingents de la Minusca qui nous ont apporté de l’eau potable et depuis ce temps ils ne sont plus revenus. On vit difficilement ici du moment où on n’a pas les couvertures pour se couvrir, on n’a pas de médicaments si bien que nous et nos enfants tombent malades surtout avec cette saison de pluie. On tient vraiment à libérer ces lieux c’est pourquoi, on crie au gouvernement de nous donner des tôles, des planches et de l’argent afin de vite libérer les lieux et permettre à nos enfants d’intégrer les salles de classes », a déploré Clémentine Gbaou, l’une des victimes des inondations logées à l’école Kina.

Plusieurs écoles de la République centrafricaine sont encore occupées par les victimes des inondations. Pour cela, le gouvernement et les partenaires financiers doivent vites trouvé des solutions afin de permettre aux enfants de reprendre le chemin de l’école.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires