RCA: à qui profiterait l’institution de la violence comme mode d’expression?

0
83
Vue partielle du centre ville de Bangui

Par Prince Bouanga

Bangui 20 Septembre 2022—(Ndjoni Sango) : On assiste ces derniers temps à une multiplication de propos qui sont de nature à attiser la haine et mettre à mal la cohésion sociale entre les centrafricains. La violence est en passe de s’ériger en mode de vie dans le pays. On est en droit de se demander quels avantages tireraient les instigateurs de ces propos.

Il est certain que la violence est un danger et demeure une entrave pour toute société éprise de paix et désireuse de s‘épanouir. La République centrafricaine est un pays ou la paix et  le vivre-ensemble ont longtemps été mis à mal par des évènements tragiques récurrents depuis son indépendance jusqu’à ce jour.

Ces derniers temps, les discours de haine, les menaces verbales abondent sur les réseaux sociaux. Partis politiques, sociétés civiles et organisations dites citoyennes sont devenus des plates-formes d’opprobre qui distillent la haine.

Cela porte à croire que les centrafricains ont la  mémoire courte. Ce sont notamment les discours de haine, la discrimination et le rejet de l’autre qui ont provoqué la violence dans notre pays ces dernières  années. Cela devrait nous servir de leçon et nous amener à éviter toute forme de violence.

La divergence d’opinions politiques, la question de la réécriture d’une nouvelle constitution ne sont pas un motif qui puisse justifier les tensions qu’on ressent dans le pays. Ils sont bien au contraire un atout car ils témoignent de la maturité politique des centrafricains.

On a de vrais défis qui nous font face et il nous faut nous mobiliser pour les relever. La violence ne profitera à personne, elle ne fera qu’accentuer la souffrance des centrafricains déjà trop meurtris et entretenir une spirale vicieuse interminable. Le débat doit être le socle de notre démocratie et nous disposons des cadres et institutions de concertation permanents dans notre pays.

L’expérience a montré que le dialogue a été la meilleure option dans des situations de crise. La justice doit aussi faire son travail pour réprimander toute personne qui se livrerait à ces actes.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires