RCA: le peuple dit non à ce que manigance l’opposition

0
136
Les leaders de la plateforme d'opposition BRDC à l'hôtel Ledger de Bangui @crédit photo Saprod TV

Par Fofito Mattas

Bangui 22 novembre 2022-(Ndjoni Sango): Depuis l’annonce faite par le président Touadera, qui soutient la révision constitutionnelle, l’opposition démocratique manque de sommeil. Du jour au lendemain, ces leaders de l’opposition se réunissent pour jouer un sale coup aux Centrafricains en planifiant une tentative de déstabilisation.

La terre centrafricaine n’est pas destinées à la calomnie ni aux profits politiques de l’opposition réunie dans le Bloc Républicain pour La Défense de la Constitution. Cette plateforme a pour unique objectif déstabiliser le régime de Bangui en complicité avec certaines personnes qui trouvent leur essence dans la barbarie, tuerie.

Le peuple centrafricain, qui depuis la prise de pouvoir du président Faustin Archange Touadera, vit paisiblement malgré la tentative échouée du 13 janvier 2021, par la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Alors pourquoi chaque dix an, les filles et fils de ce pays doivent toujours souffrir pour de telle atrocité? Les 10 années de crises militaro politiques n’ont toujours pas servie de leçons à nos autorités?

Le peuple centrafricain a pour ennemi commun les opposants démocrates. Le président actuel a un bon carnet d’adresse autant le laisser finir ce qu’il a commencé.

« Si aujourd’hui l’opposition démocratique s’agite et veut renverser le pouvoir de Bangui, ça veut dire que président Touadera a de bons projets à réaliser pour ce pays. C’est un bon cheval et nous avions parié sur lui. Et par rapport à la modification de la constitution, c’est le peuple qui a demandé la révision constitutionnelle et non le dirigeant. C’est pourquoi, nous demandons aux ennemis de la paix d’arrêter ce qu’ils sont en train de faire. », a précisé un citoyen lambda.

L’opposition démocratique n’a aucune raison de provoquer une autre crise. Le peuple n’a plus besoin d’un autre renversement du pouvoir.

« Tout ce que l’opposition démocratique sait faire c’est d’organiser des manifestations pour freiner la réforme constitutionnelle qui est la volonté du peuple souverain. Nous ne voulons plus d’un autre coup d’Etat. Le président de la République a pu faire ce que ses prédécesseurs n’ont pas pu réaliser, alors autant mieux le laisser nous conduire à bon port. », a témoigné Marlette Kandagbi.

Les périodes de turbulences sécuritaires marquant la crise miliraro politique en Centrafrique avec le coup d’état manqué du 28 mai 2001; le coup d’état réussit du 15 mars 2003 et celui de 2013 y compris les mutineries, sont gravées dans les cœurs des Centrafricains. Alors n’est-il pas encore temps pour que cette hémorragie prenne fin?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires