RCA: Le pardon, source de libération et d’une cohabitation pacifique

0
38

Par Jolidon Josiana TCHECKOE

Bangui, 26 décembre 2022— (Ndjoni Sango) : Dans la quête des hommes pour accéder à un monde meilleur où règnent la paix et la cohésion sociale,  le pardon intervient comme un élément crucial et déclencheur pour l’accomplissement de tous les besoins vitaux et spirituels des êtres humains. Tel est l’essentiel de la formation des juniors parlementaires, organisée par le père Léon MOUSSA au centre Saint Jean 23 à Bangui le samedi 24 décembre 2022.

Les conflits, les mésententes et les querelles demeurent au centre de l’expérience humaine. Ce qui fragilise très souvent l’essence d’une cohabitation harmonieuse dans les relations humaines. Pourtant, le dynamisme recherché de tous, est l’incarnation d’un monde plaisant et coopératif.

Défini comme un acte de donner et d’une manière profonde, le pardon est aujourd’hui, un canal important pour parvenir à une  cohabitation pacifique ce qui se traduit à travers ses vertus. Pour le père Léon MOUSSA, ce mot pardon regorge d’énormes vertus. « Le mot pardon a d’abord une grande vertu. Celui de libération. Car dans les relations humaines, on se fait du mal l’un à l’autre et de deux côtés, chaque personne souffre d’une manière ou d’une autre que ce soit moral, physique et spirituel. Mais quand survint le pardon, un souffle nouveau arrive et cela permet une cohabitation pacifique. En un mot, le pardon casse les murs de la haine, de la jalousie de mal incompréhension et de l’illusion que l’on fait vis-à-vis de l’autre » a-t-il souligné

Ajoute-il-que « Avec le pardon, le dialogue intervient toujours et incontestablement. Et c’est le dialogue qui déclenche le processus pour accéder au pardon. Car en effet, le dialogue offre une tribune de cherche pour se comprendre mutuellement. Grace aux échanges, l’évidence sur les préjugés tombe et la confiance renaît ».

Même s’il est très souvent difficile de pardonner ou d’accepter le pardon à cause des gravités de la faute commise, l’humilité selon le Père Léon MOUSSA, demeure aussi le chemin véritable de pouvoir pardonner. « Pardonner ne signifie pas oublié toutes les fautes que l’on a fait à l’autre. Mais au-delà de cette souffrance, on doit toujours s’habiller d’une humilité sans pareil pour pardonner son prochain. Cette humilité doit être de l’esprit et de cœur loin de penser être dans une attitude de faiblesse et de résignation. Mais c’est une issue de paix et de la cohésion sociale »

Aujourd’hui, si le pardon n’est pas au cœur de notre vie, nous ne pouvons jamais vivre en paix. Et toutes nos entreprises seront vouées à l’échec. Car c’est une arme importante pour gagner la paix ainsi qu’une condition pour le développement du pays.

Le pardon est une école pour amener progressivement ceux qui demeurent dans le mal de sortir de leur état et de vivre en harmonie avec les autres. Seulement par-dessus tout, le pardon n’exclut pas la question de justice. Car si la haine domine les cœurs, la justice doit de toute évidence intervenir afin de justement faire triompher de paix dans le monde. Puisque on se tend presqu’à la fin de l’année donc le pardon est très capitale.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires