«A l’heure de la mondialisation, la RDC ne peut s’y soustraire et évoluer en autarcie», clame Esdras Bahewka, Ambassadeur de la RDC à Bangui

0
11595
????????
l'ambassadeur de la RDC à Bangui@Eric NGABA
Esdras Kambale Bahewka, ambassadeur de la RDC@Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 6 juillet 2017 (www.ndjonisango.net): 30 juin 1960 30 juin 2017, 57 ans jour pour jour, la République Démocratique du Congo (RDC), célèbre son accession à la souveraineté nationale et internationale. Ce 57ème anniversaire a été commémoré le 30 juin 2017, par la communauté congolaise en République Centrafricaine. La commémoration qui a eu lieu à l’ambassade de la RDC à Bangui en présence du Président Centrafricain Faustin Archange Touadera, a été célébrée dans un contexte particulier où les deux pays amis font face à des défis securitaires dont des actions conjointes vont leur permettre d’en trouver des issues.

De nombreux ressortissants de la République Démocratique du Congo dont le Colonel Toussaint Muntazini, Procureur près la Cour Pénale Spéciale de Centrafrique, ont rehaussé de leur présence la commémoration du 57ème anniversaire de l’accession de leur pays à l’indépendance.

Cet évènement a connu la présence des hautes autorités centrafricaines notamment le président Touadera, le premier ministre accompagné des membres du gouvernement ainsi que du corps diplomatique accrédité à Bangui.

L’occasion a été permise à l’Ambassadeur de la RDC, Esdras Kambalé Bahewka, de faire le point sur la situation que traverse la RDC avant d’évoquer les actions à entreprendre avec la Réplique Centrafricaine dans les domaines sécuritaire, politique et énergétique.

D’après le diplomate congolais, le 57ème anniversaire de l’indépendance de la RDC intervient malheureusement au moment où, malgré la détermination et les efforts consentis par les autorités congolaises et centrafricaines en faveur du développement, des groupes armés continuent à s’activer tant en RDC qu’en RCA pour perturber la quiétude des paisibles populations.

« Le gouvernement de large union nationale, issu de l’accord de la Saint Sylvestre 2016, a comme objectif principal d’améliorer le social des congolais et de relever la situation socio-économique difficile que traverse la RDC, conséquence de la chute des matières premières sur le marché international. A ces missions principales, sont venues s’en ajouter deux : la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics ; la pacification des zones affectées par l’insécurité, notamment l’espace Kassaï au centre et quelques territoires de la partie orientale du pays ainsi que faire appliquer la loi en poursuivant les auteurs des violations des droits de l’homme et crimes, dont les assassins des deux experts des Nations Unies », a expliqué Esdras Kambalé Bahewka.

Le processus électoral en RDC rassure

Sur le processus électoral en cours en RDC, le diplomate congolais a rassuré l’opinion publique sur les dispositions relatives aux échéances électorales tant attendues. D’après lui, tous les paramètres sont déjà pris en compte à la grande satisfaction de la majorité des Congolais avec l’enrôlement des nouveaux citoyens majeurs et celui des Congolais vivant à l’étranger.

« Son Excellence Joseph Kabila Kabangé a donné mission au gouvernement Bruno Tshibala Nzenzhé d’organiser des élections transparentes et crédibles à tous les niveaux, dans un contexte apaisé par rapport à ceux de 2006 et 2011, qui ont connu des conflits postélectoraux sanglants. Sur les 45 millions d’électeurs attendus, la Commission Indépendante a en ce jour enrôlé plus de 30 milles des Congolais », a-t-il indiqué avant de dénoncer l’ingérence extérieure dans les affaires internes de la RD-Congo.

Il a martelé que, conformément aux textes internationaux, la RDC collabore avec tous les partenaires internationaux.

« A l’heure de la mondialisation, la RDC ne peut s’y soustraire et évoluer en autarcie. C’est pour cette raison qu’elle est toujours disposée à collaborer avec tous les partenaires aussi bien au niveau sous régional, régional qu’international ; mais dans le respect strict des conventions et autres textes internationaux qui lient les Etats. A ce propos, la RDC dénonce et s’insurge contre toute ingérence extérieure dans la conduite des affaires internes du pays » a-t-il ajouté.

Des relations fructueuses RDC-RCA

l'ambassadeur de la RDC à Bangui et les autorités centrafricaines@Eric Ngaba
le diplomate congolais avec les autorités centrafricaines@Eric Ngaba

Au-delà de toutes ces vicissitudes, le diplomate congolais se réjouit de l’existence des relations historiquement fructueuses entre la République Démocratique du Congo et la République Centrafricaine. Après le renversement de régime en Centrafrique en mars 2013, les deux pays frères ont davantage développé leurs relations diplomatiques depuis le retour à la légalité constitutionnelle du 30 mars 2016.

De nombreux projets d’intérêt commun devraient se concrétiser bientôt dans les domaines diplomatiques et économiques, d’après Esdras Kambalé Bahewka qui a salué les efforts entrepris par les autorités centrafricaines pour la réconciliation, la cohésion sociale afin de remettre le pays sur le chemin du développement.

Enfin, il a annoncé la tenue en mois de juillet à Kinshasa des assises du projet tripartite sur la question sécuritaire aux frontières regroupant la RDC, la RCA et le Sud Soudan.

Prenant la parole à son tour, le gouvernement centrafricain se réjouit de la coopération bilatérale entre les deux pays profitable au peuple centrafricano-congolais.

« Les liens historiques et géographiques qui unissent nos deux pays ainsi que l’établissement diplomatique entre la RCA et la RDC aux premières heures de l’indépendance démontre à suffisance l’importance de la coopération bilatérale qui ne cesse de se consolider en favorisant une cohabitation pacifique de nos peuples respectifs dans les régions frontalières de chaque côté et le gouvernement centrafricain ne peut que s’en féliciter. C’est au nom de cette fraternité que votre pays a eu à contribuer aux efforts de la communauté internationale en faveur de retour à la paix et à la sécurité dans notre pays», a indiqué Justin Gourna-Zacko, ministre des postes et télécommunication et ministre intérimaire des affaires étrangères.

La RCA et la RDC ont connu depuis quelques temps des agitations attribuées aux groupes armés non conventionnels dans certaines régions des deux pays malgré l’engagement des autorités respectives à consolider la paix

La RCA et la RDC ont un projet commun dans le domaine énergétique à travers lequel, la RDC alimente une partie de la région sud depuis la ville de Mobaye, tandis que la RCA quant à elle doit alimenter son voisin en électricité dans une partie de l’équateur principalement la ville de Zongo toute proche de Bangui la capitale centrafricaine.

L’autre projet qui sera également sur la table de discussions durant la réunion tripartite à Kinshasa est la création d’un pont reliant la ville de Zongo à la capitale centrafricaine à travers le fleuve Oubangui-Chari.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires