RCA: pourquoi Ali Darrassa continue de narguer le gouvernement ?

0
1014
Centrafrique-Ali-Darassa-Ndjoni-Sango
Affrontement entre les FACA et l'UPC d'Ali Darassa à OBO en caricature @ Jimmy Nzeko

Par Erick NGABA

Bangui 22 Mai 2020— (NDJONI SANGO): Ali Darassa Mahamat, mercenaire nigérien, leader du mouvement de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), est l’un des principaux leaders des groupes armés en République centrafricaine ayant signé l’accord de paix du 6 février 2019 avec le gouvernement. Lui-même nommé ministre conseillé à la Primature centrafricaine en matière de la sécurité dans les zones de transhumance, Ali Darassa a des représentants nommés au gouvernement Ngrébada et à la Présidence de la République ; mais pourquoi continuer de narguer les autorités de Bangui en s’attaquant aux institutions de l’Etat dans sa zone d’occupation ?

Décidemment, le leader de l’UPC ne cesse de surprendre plus d’un. Il affiche toujours le manque de volonté à appliquer, en ce qui le concerne, l’accord de paix du 6 février 2019 dont il est signataire.

L’occupation illégale de la ville de Bambouti au Sud-est du pays, les multiples attaques sur les positions des Forces armées centrafricaines (FACA) à Alindao et récemment à Obo, démontrent à suffisance l’attitude de va-t-en-guerre d’Ali Darassa vis-à-vis du gouvernement  

Du 19 au 20 Mai dernier, ses éléments ont lancé des assauts sur les positions des FACA dans la ville d’Obo. Ils ont été repoussés par des éléments des FACA qui ont fait preuves des fantassins.

Cette ville stratégique où le leader de l’UPC veut s’en servir pour effectuer ses trafics illicites à travers les deux Soudans qui sont frontaliers avec la République centrafricaine.

Les multiples agressions perpétrées par l’UPC sur les FACA, témoignent ce manque de volonté d’Ali Darassa à faire la paix avec le gouvernement. Mais pourquoi continue-t-il de s’entêter ?

Le gouvernement qui ne dispose pas encore d’une armée dotée de tous les moyens qu’il faut pour faire face à toute sorte de menace sécuritaire, a opté pour la politique de main tendue.

Il s’agit en effet, de dialoguer et s’accorder sur ‘un consensus pacifique pour mettre fin aux hostilités dans le pays. C’est ce qui a abouti à la signature de l’accord politique pour la paix et la Réconciliation en RCA (APPR-RCA).

Cet accord a permis l’entrée des représentants des groupes armés au gouvernement. Mais au nom de cet accord, ces groupes veulent le beurre et l’argent du beurre. Ils estiment qu’en mettant la pression sur le gouvernement en revendiquant des postes administratifs, les leaders des groupes armes en RCA se croient tout permis.

Profitant de largesse du gouvernement Ali Darassa, pense défier les autorités de Bangui et la communauté internationale. Le comble est que l’accord qui devrait permettre à la République centrafricaine de sortir de l’impasse, souffre de violation et du manque de sanction. Car, il faut infliger des sanctions à ceux qui continuent de fouler à pied cet accord.

avatar
  S’abonner  
Notifier de