RCA : menace des représailles des peuls armés à Batangafo

0
1500
Centrafrique-groupes-armés-Ndjoni-Sango
Les rebelles de la Seleka durant leur marche sur Bangui en 2013

Par Fiacre SALABE                            

Bangui 24 Mai 2020- (Ndjoni Sango) : Depuis quelques jours, la ville de Batangafo située dans le Nord du pays, est sous tension des éleveurs peuhls, qui menacent d’exercer des violences sur les populations, en représailles à la détention des trois de leurs enfants détenus par les éléments Antibalaka à Bouca. Cette détention fait suite aux violents combats le lundi dernier, entre les bergers tchadiens et les éléments d’Antibalaka au village Marazè, situé à plus  d’une trentaine de Km en deçà de Bouca et Batangafo.

Selon les informations recueillies par la rédaction du journal Ndjoni Sango, tout commence le lundi 18 Mai, où il y a eu de violents combats entre les éléments Antibalaka de Bouca, et les bergers tchadiens en provenance du Tchad voisin, qui ont fait d’énormes dégâts sur les champs des agriculteurs.

Le village Marazè, situé à une trentaine de Km dans les abords de Bouca et Batangafo, a été le théâtre de ces violents combats.

Suite à ce combat frontal, 3 bergers tchadiens et 3 enfants peuhls de moins de 18 ans qui ont servi de garçons de course de ces derniers, ont été détenus par les assaillants Antibalaka de Bouca.

La détention de ces enfants peuhls, a suscité de facto, la vive réprobation des peuhls de Batangafo qui menacent de s’emparer de la ville, au cas où ces derniers ne seront pas vite libérés.

En sus des enfants détenus, les informations ont révélé que les Antibalaka ont pris des mains de ces bergers tchadiens, plusieurs dizaines de bœufs à destination de la ville de Bouca. Ce qui n’a pas plu aux propriétaires en colère, qui insistent sur la restitution de leurs bœufs emportés par les éléments Antibalaka.

Cette situation fait une fois de plus craindre une plausible tentative de représailles de la part des éleveurs peuhls contre les paisibles populations de Batangafo à l’heure actuelle. Ils  ne savent à quel saint se vouer.

Joint au téléphone, Sadam Adoum depuis Batangafo, explique que toute la population est dans la psychose, suite à la menace de représailles brandie par les éleveurs peuhls.

« Ça fait déjà quelques jours qu’il y a eu un combat entre les Antibalaka de Bouca et les bergers qui viennent du Tchad. Ils ont capturé 3 bergers, et détenus 3 enfants peuhls là-bas à Bouca. Mais les peuhls de Batangafo ont réagi pour demander la libération de ces enfants. Le cas contraire les induirait en combat. C’est ce qui nous fait peur en ce moment car il n’y a pas de FACA sur place », a fait savoir Sadam Adoum, un habitant de Batangafo.

Pour le moment, toute la ville de Batangafo est plongée dans la psychose, suite à la demande de libération sans condition des enfants peuhls détenus par les Antibalaka de Bouca.

Espérant que les autorités de Bangui se saisissent de cette situation d’urgence sécuritaire actuelle pour diligenter une action militaire dans l’optique de sécuriser les populations locales, afin d’éviter de jouer au médecin après la mort, comme s’en est les cas récemment à Ndélé, puis à Obo.

Attendons de voir si réellement, le régime de Bangui pourrait voler au secours des populations de cette partie du pays qui naguère se sont confrontées au sempiternel problème de sécurité sans réponse concrète, nonobstant les promesses de redéploiement des éléments des FACA dans les zones à haut risque d’insécurité quasi grandissante.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments