RCA : pourquoi la diplomatie française est-elle en perpétuelle décadence ?

0
719
Le président centrafricaine, Faustin Archange Touadera, avec son homologue français Emmanuel Macron
Le président centrafricaine, Faustin Archange Touadera, avec son homologue français Emmanuel Macron à Paris

EDITORIAL

Par Eirck NGABA

Bangui 8 juillet 2020—(Ndjoni Sango) : La diplomatie française en République centrafricaine est en berne depuis ces dernières années. En espace de huit ans, la France change déjà quatre ambassadeurs en poste à Bangui. De Serge Mucetti à Eric Gérard qui vient d’être relevé à la surprise de plus d’un, rien ne va plus à la diplomatie française. Pour quelle cause ?

La France est tout d’abord l’ancien colonisateur de la République centrafricaine où elle fait à la fois la pluie et le beau temps. Considérée comme le grenier pour sa génération future, la République centrafricaine ne vit que d’instabilité en instabilité depuis sa fameuse indépendance le 13 Août 1960.

Tous les diplomates dépêchés à Bangui n’arrivent pas à tenir le coup. Impliqués dans des salles affaires, mafia, déstabilisation, et complots, ces diplomates ont tous déçu pour n’avoir pas rempli les missions.

Avant le coup d’Etat de l’ex-coalition rebelle de la Seleka en 2013 avec la bénédiction de la France, le Gaulliste Serge Mucettiétait en poste diplomatique à Bangui.Grand architecte dans la chute de pouvoir de François Bozizéen 2013, Serge Mucettia été reproché par Paris de ne « rien avoir vu venir ».

Lors de la visite du ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, à Bangui, Charles Malinas figurait dans la délégation. Quelques jours plus tard, Serge Mucetti fut remplacé par Charles Malinasdans les circonstances des troubles à Bangui.

Celui-ci était devenu un trafiquant illicite de visa vers la France. Entre octobre 2013 et juillet 2016, l’Ambassadeur Charles Malinas a eu à distribuer près de 2000 visas à des ressortissants centrafricains, pour la plupart d’entre eux de confession musulmane, qui paient grassement des intermédiaires pour être portés sur des listes d’attention. On lui a reproché par ailleurs d’avoir contribué aux violences armées en Centrafrique.

En juillet 2016, Charles Malinas a été remplacée par Christian Bader, qui fut envoyé à Malabo en Guinée Equatoriale. Lui aussi incompétent et instigateur des complots à Bangui, Christian Bader a été informé en février 2018, que le Ministre des affaires étrangères, Jean Le Drian, lui a retiré sa confiance.

Par la suite, Paris nomme pour succéder à Bader, Eric Gérard, un agent qui, à l’instar de Mucetti et de Malinas, n’a aucune expérience de l’Afrique subsaharienne et n’a encore jamais exercé les fonctions d’ambassadeur.

Eric Gérard que Paris vient de relever de son poste a brillé par une incapacité notoire qui a fait perdre à la France le terrain en République centrafricaine qui s’ouvre diplomatiquement à tout le monde depuis 4 ans. Eric Gérard, ex-commandant du GIGN, va désormais diriger la sécurité diplomatique du Quai d’Orsay. Le 1er Avril prochain, il va prendre fonctions.

La France vient de nommer Jean-Marc Grosgurin qui est en poste en Guinée Conakry. Vu le pourrissement de sa diplomatie en RCA, la France cherche depuis, en vain, à reconquérir le terrain perdu par sa politique du « jamais en première ligne ».

La République centrafricaine a, depuis 4 ans, une nouvelle politique, celle qui s’ouvre à tout le monde. Les autorités du pays ont cultivé une diplomatie de gagnant-gagnant, basée sur le respect des droits des peuples, le respect des êtres humains.

Le pays a déjà fini avec la vielle politique coloniale que la France continue d’entretenir avec bon nombre de dirigeants africains. Si la diplomatie française en RCA se trouve aujourd’hui en décadence, simplement parce qu’elle est caduque, ne concordant pas avec le temps actuel. Car, il y a en République centrafricaine un éveil de conscience qui décide de mettre fin à la politique d’une certaine époque.

4 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments